16 triathlètes à la Ferté Macé sur le Surviv’Orne

C’est une très belle délégation qui s’est préparée et organisée pour participer au premier objectif de l’année : le triathlon de la Ferté Macé, le Surviv’Orne.

Ce sont donc 16 triathlètes prêt à en découdre, pour leur premier objectif de l’année, pour leur premier L ou pour les plus rodés pour constater les progrès sur les distances S, M ou L.

De bien belles lectures à suivre !

Bravo à toutes et tous

Epreuve S :

Très belle performance de Jade qui termine 3e de sa catégorie cadette !!! Philippe et Benoît n’ont pas démérité.

Benoît, Jade et Philippe

Philippe, nous livre son CR :


Petite particularité de cette épreuve elle réunit la plus jeune ( Dont c’est premier essai ) et le plus âgé ( je vous laisse deviner ) .
_ Très beau cadre , temps idéal , visibilité optimale .
_ 16 h 00 la pression monte , 16h25 nous goutons l’eau 16 , 9 degrés .
_ Départ dans l’eau magnifique un peu plus de 260 combinaisons se jettent à l’eau vu de derrière avec les bras qui se lèvent un vol d’oiseaux migrateurs .
_ Philippe a eu la bonne idée d’avoir une combi très reconnaissable c’est un peu n’importe quoi , en dos , en crawl (dixit Laurent …) , Jade se débrouille bien et sort en même temps que lui après Benoit .
_ Le parcours vélo de 25 kms est sympa après une première transition un peu longue pour Jade ,  mais assez sélectif car vallonné autour  du plan d’eau 2 boucles quel confort pas de voiture .
_ La course à pieds pique un peu après le vélo pour ceux qui n’ont pas l’habitude ( Jade , Philippe ) , 2 boucles autour du plan d’eau .
_ Belle arrivée Benoit , Philippe, Jade ( Un grand coup de chapeau à notre benjamine qui de plus se classe 3 ème des cadettes ) .
_ Super expérience avec une belle orga , un beau cadre .
On en redemande .

Sur l’épreuve M :

Christelle se classe 3e femme Vétéran sur le M, Marie-Pierre 8e femme vétéran et Charles 22e temps au scratch (avec le second temps sur la CAP).

Christelle et Charles
Manque : Marie Pierre

Le CR de Christelle :


Je me suis inscrite à mon 1er triathlon M à la fin du mois de janvier un peu par contrainte: Franck s’était déjà engagé sur Le L du dimanche, c’était donc plus pratique de participer à une épreuve le même jour. 
Je n’ai jamais fait de grandes compétitions : quelques courses à pied (pas plus de 10 km et parfois terminées péniblement), 2 ou 3 aquathlons, 3 triathlons S l’année dernière alors courir 10 km après 1500m de natation et 41 km de vélo, ça me faisait peur !
Je commence à m’entraîner plus régulièrement et plus sérieusement (merci à mon chéri et à Véro pour leur soutien et à tous les autres, s’entraîner dans une bonne ambiance, c’est plus facile !)
Nous sommes le jour J, il fait un temps de chien, je me demande ce que je « fous » là, je grelotte avant de rentrer dans l’eau mais bon, depuis le temps qu’on en parle, je n’ai plus le choix, je me lance ! 
Je me prends des coups mais la motivation a remplacé la peur, je regarde combien il y a de bonnets roses devant moi et je boucle mes 1 500 m en 29 min (4ème féminine). J’ai des difficultés à enlever ma combi et je sens des crampes arriver dans mes cuisses, j’enfourche le vélo pas sereine du tout…Je mouline en espérant que ça passe et je parcours les 41 km en gérant, je mets 1h32 (10ème femme, 26,7 km/h de moyenne, pas si mal). Je sais maintenant que je peux terminer en 3h mais il ne faut pas que je me laisse aller. Je commence la course à pied, je ne sens plus mon pied droit (gelé) et j’ai deux blocs de béton à la place des mollets, c’est pas gagné! Il me faut 3 km pour retrouver des sensations et je m’accroche jusqu’au bout (8ème femme, 53min30s).
Je finis finalement en 3h00min37s, 9ème féminine et 3ème vétérane, pu…n, j’ai réussi !
Cerise sur le gâteau : j’ai partagé de supers moments avec toutes les personnes du club présentes, c’était vraiment une belle journée même s’il faisait mauvais !


Christelle.

Sur l’épreuve L :

Véronique Hervagault est Championne de Normandie distance L !!! (3e scratch/2e vétéran) Les triathlètes ont terminé cette épreuve rendue compliquée par la météo capricieuse (crachin, averses, froid)

François, Laurent, Véro, Olivier, Lucie, Matthieu, Christophe, Franck et Yann.
Manque : Stephane Girard

Le compte rendu, d’un survivant, Olivier :


Plus c’est long, plus c’est bon!

Expression utilisée par les femmes exigeantes et les hommes prétentieux,  ne s’applique pas au triathlon…😉

Arrivé épuisé par ma semaine précédente, j’arrive de bonne heure au parc pour déposer mon vélo et mon matériel, et là je m’aperçois que j’ai oublié mon dossard (1er stress Mme arrivera t-elle à l’heure?)
Matériel en place finalement, j’enfile la combinaison, je m’approche avec les membres du club du début de la natation… L’eau parait chaude par rapport à la rosée qui nous gèle les pieds…

Encore une idée de génie de ma part, en attendant le départ je retire mes lunettes et les pose sur mon front, bilan au moment du départ, lunettes complètement pleines de buée j’y vois comme gilbert Montagné…

Coup de pistolet entendu, je laisse les plus pressé partir devant et marche le plus longtemps possible avant de devoir nager, je suis dans le 3è tiers des concurrents, et là je découvre le rugby-natation, appréciant modérément de servir d’appui à mes camarades baigneurs forcés (les amoureux de l’eau sont loin devant…) je distribue les baffes et les coups de pieds à mon tour. Comme je ne vois pas 1 m devant d’un autre coté, je sais que je suis dans le bon sens (c’est déjà ça…). Mais pas moyen de nager… du coup entre le froid, le ventre qui me tiraille déjà et l’impression de faire du sur place j’ai vraiment envie de jeter l’éponge au bout du 1er tour de natation et d’arrêter ce calvaire… finalement les écarts se creusant je finis par arriver à « nager » vers la fin du 1er tour et me dis que tant qu’à être là, autant continuer à patauger (nager c’est autre chose…) le 2ème tour est plus agréable je finis par voir un peu et me dépouille pour remonter un à un les concurrents, aussi mal à l’aise que moi, en nageant en amplitude et en force (on ne se refait pas…) Je sors de l’eau et regarde ma montre 42′ env je suis déjà dépité… Tant d’effort pour ça…Dans le parc je vois Stéphane, Mathieu, Lucie et Franck nous rejoint.

Je décide de perdre le moins de temps possible vu le temps perdu et enfile juste une veste prends mon vélo et file rouler pour me réchauffer et là 20km de plaisir (c’est les seuls de la journée…) je remonte un à un les concurrents qui devaient être aussi mauvais nageur que moi…dont François puis Mathieu me passe mais il reste longtemps en point de mire..

Le parcours est magnifique et les bénévoles vraiment TOP!
J’aperçois maman (Véro) j’arrive à 2 ou 3 m d’elle et en pleine montée je déraille… comme depuis des km mon ventre me tiraille de + en + je vais faire un tour dans les bois voir s’il n’y avait pas des champignons…(cf Stéphane)

Je ressors de là et vois Franck passé il rigole de me voir ainsi sortir des bois. Fin du plaisir à partir de là je vais rouler sans jus limite hypoglycémie et pourtant je dévore et m’hydrate régulièrement mais ça ne suffit pas j’ai pas d’énergie… je m’accroche dès qu’un concurrent passe devant moi et essais de ne pas le laisser partir, de temps en temps un concurrent « mort vivant » fait le « plot » sur la route et je le double (plaisir fugace…).

Le 2è tour commence par une tentative ratée prendre un bidon en roulant… perdu!  je me retrouve au milieu des concurrent du M ce qui permet de s’accrocher un peu mais avec rien dans le moteur pas simple, Soudain Charles me passe à un moment ou je suis mieux j’en profite pour rouler un peu plus vite … puis retour à ma vie de galérien pédaleur je suis dans un « groupe » de mecs en souffrance et on se double à tour de rôle suivant le profil du parcours. Enfin je retrouve maman on échange 2 mots je décide de la « tirer » un peu en partant devant et en lui demandant de s’accrocher, on se retrouvera plus tard…
Vélo fini sans jus, les chaussures pleines d’eau et sans plaisir mais on peux attaquer la course à pieds la partie que je préfère.
Décidé à essayer d’arrêter l’hémorragie je choisis de faire une transition express et part encore sans chaussettes ni me changer.  Sortant des lieux d’aisance j’aperçois maman, et décide de l’attendre pour courir un peu avec elle pour l’aider à faire une place (c’est beau les rêves…) on fait env 2km ensemble puis 1è bosse et là je vois bien que courir sans carburant ce sera long et pénible… je la laisse partir et décide de marcher dans toutes les grosses côtes pour atteindre l’arrivée. Je me dis que vu la vitesse j’aurais le temps d’encourager les autres du club… et de leurs indiquer les coins à champignon. Je vois enfin Christelle et Marie Pierre du M puis la gamine (Lucie) du L. Je perds des places sans arrêt j’en ai marre de galéré ainsi…Stéphane m’encourage, mes pieds me font mal je sens les ampoules « pousser » sous mes voutes plantaires… puis quelques instant plus tard Christophe Me rejoint on est dans la même galère! Il a un tour d’avance sur moi. On discute et s’encourage (on est d’accord l’IRONMAN c’est pas pour tout de suite!!!!) On fait un demi tour ensemble. Puis Christophe part et je le suis 50m derrière jusqu’à sa ligne d’arrivée et dernier tour pour moi, ils sont de plus en plus long… mes pieds me font mal je suis vidé et dégouté. Finalement je franchis la ligne 5 h 45′ environ.

L’ambiance était TOP mais gardez bien le souvenir de m’avoir vu sur un L car pas sur d’en refaire…

Un autre CR, celui de notre championne Normande !


Un bizutage c’est toujours une épreuve, c’est bien connu !
La prépa était là, la météo non. Et quoi qu’on en dise ça n’aide VRAIMENT pas à se motiver.

Envie de faire demi-tour dès l’entrée dans l’eau glaciale (il faut être complètement taré pour s’imposer ça) mais bon j’ai signé alors j’assume :
Tour 1 : kick boxing, asphyxie, mains et pieds gelés. Tour 2 on nage côte côte avec Yann (que je reconnais grâce à nos peintures de guerre
(merci Lucie !) ça fait du bien un visage connu, un peu de chaleur ! Je parviens à poser ma nage et glisse vers l’arrivée. T1 mémère : 4’31. Pluie et froid, on ne sèche pas vite ! il faut au moins ça pour maladroitement se déshabiller et s’habiller : 4 couches (on va se
les geler) et 2 cuissards (c’est quand meme 82 bornes)
Boucle 1 : ça grimpe tôt et ça grimpe fort ! joli parcours dans la forêt d’Andaine (« presque » agréable) ! Petit couac, je déraille (les réglages de ma
nouvelle monture sont à améliorer). Je croise les doigts pour que ça ne recommence pas et stress et à chaque changement de plateau, ce qui me prive
du bénéfice de relances. Après crachin et bruine, une pluie battante ! (oui taré, il faut être taré). La route est glissante, les lunettes teintées sont
aussi gênantes qu’inutiles. Les copains du club me doublent, chacun y allant de ses encouragements (Stéphane ne manque pas de souligner que ce
n’est pas le moment de ramasser des champignons).
Boucle 2 : pénible, forcément on sait déjà ce qui nous attend ! mais les forces reviennent et l’allure des athlètes sur le M redonne du rythme.
« Sélectif » le parcours comme ils disaient 😉
T2 et départ de la CAP. Le jus commence à manquer : l’impression d’être plus cul-de-jatte que bipède est assez déroutante ; les pieds gelés ne le
seront plus qu’à partir seulement du dernier tour. Pas de sensations, et courir dans ces conditions, «  ça c’est moche » comme dirait Christophe 🙂 Il faut aller les chercher ces colliers : le rouge, le jaune … plus guère envie d’avancer, juste envie de stopper tout mouvement ; enfin
du repos… mais il faut finir et puiser dans les ressources physiques et mentales ! Le parcours est difficile (belle montée et faux plats qui cassent les jambes).
Certains marchent, vomissent (coup de froid ?), abandonnent … ENFIN ! le collier vert !
Merci à tous les copains et copines pour les précieux encouragements !
Depuis le début, le podium féminin était établi ; les premières ayant rapidement creusé un écart important (dont la gagnante de l’an dernier en 4h50) Je double quelques femmes, mais entre le M et le L on est nombreuses ; le but n’était pas la place mais juste de finir (en évitant quand même de me faire
redoubler si possible). Enfin, l’arrivée au loin ; je découvre avec surprise que je suis 3 ème féminine et 2ème vétérane. Cool 🙂 et hop deux médailles dans la besace et un
joli chèque pour payer un coup aux copains prochainement. J’allais me changer quand j’ai entendu de nouveau mon nom : les deux premières n’étant
pas Normandes, je suis donc championne de Normandie du triathlon distance L : cerise sur le gâteau 😀 ; et hop 3 éme médaille et un beau maillot de vélo
de la ligue FF tri ! Monter 3 fois sur la boîte et sur les 3 marches, un vrai rayon de soleil qui fait presque oublier le froid, la pluie et le reste !
(pas si taré que ça en fait 😉 )
Un bon moment tous ensemble ; c’était vraiment chouette. Prête à remettre ça, mais (si possible) sous le soleil et avec une eau suffisamment chaude pour ne pas se
mettre le moral et le physique dans les chaussettes dès le départ !

Le récit de Franck :


Depuis le temps qu’on en parle et qu’on s’y prépare, nous y voilà à La Ferté et ce fameux surviv’orne.
Nous partons samedi en début d’après-midi de Coutances pour aller encourager Jade, Benoît et Philippe sur le format S et nous imprégner de l’ambiance du triathlon. Nous y croisons Annie venu accompagner Nina sur le XS. Bravo à tous les 4 pour leurs performances.
Pour mettre le maximum de chance de notre côté et éviter de la fatigue, une bonne partie des engagés du dimanche avions décidés de dormir sur place et passer la soirée ensemble. Au menu, eau plate en apéritif, assiette de pâtes, fruits, yaourts….et cookies maison préparés par Lucie, la fête quoi !!!
Après cette soirée pas trop arrosée, rendez-vous dimanche matin à 8h15. Tout le monde est à l’heure, il n’y avait pas besoin de réveil, la nuit ne fut pas extraordianire pour bon nombre. Nous voilà partis direction le parc à vélo, tatouage de la main, bras et mollet et là patatras, premier couac, j’ai oublié mon dossard dans la voiture (ça ne te rappelle rien Olivier), rien de grave, on avait de l’avance.
L’heure du départ approche, et là deuxième couac, la pluie fait son apparition, déjà qu’il ne fait pas bien chaud…Si la soirée n’a pas été trop arrosée, la matinée fut tout autre GGRrrrr
Allez passons aux choses sérieuses, après un brief rapide sous la pluie, nous nous dirigeons vers le plan d’eau et l’organisation nous laisse quelques minutes pour nous échauffer. Pour ma part, j’ai pris l’option attente du coup de sifflet sur le sable.
C’est parti, je laisse les nageurs/bagarreurs devant, et tranquillement je quitte le rivage et contrairement à beaucoup je ne trouve pas l’eau si glaciale. Après 10 premières minutes tranquilles, me voilà entouré de nageurs venus de je ne sais où, je n’aime pas qu’on m’em…quand je nage alors un petit début d’angoisse pointe le bon de son nez, crotte alors !! Ca ne dure pas trop, je me reprends et finis le premier tour en 22’ satisfait. Le deuxième tour se passe bien, un peu seul quand même mais bien et finis la nat’ en 44’, YESsss. Arrivée dans le parc,  j’aperçois Lucie, Olivier et Mathieu qui se battent avec leurs combis, ça me regonfle le moral de les voir ses trois là.
Je croyais avoir fait le plus dure, grave erreur, le début de vélo est terrible, je ne sens pas mes jambes, mes cuisses sont tétanisées par le froid, la prochaine fois il ne faudra pas que je traîne si longtemps dans l’eau glaciale.
Je remonte néanmoins quelques concurrents, copains/copines, fait coucou à Olivier qui sort des bois, je me demande bien se qui fou là celui-là même si j’ai mon idée sur la question, et commence à retrouver un semblant de sensation dans le 2ème tour après avoir pris une grosse grosse averse sur le bout du nez.
Après 2h48 de vélo, la T2 se passe correctement, après avoir enfilé mes shoes et casquette légèrement humide, me voilà partis pour 20 km de cap. Les 2/3 premiers km se passent bien même si je ne sens toujours pas mes pieds mais vite je réduit l’allure sentant les crampes arrivées. A partir de cet instant, ce sera gestion de l’effort…zen’attitude !! Je prends le temps d’arrêter aux ravitos, marcher dans la fameuse côte à grimper 3 fois et assurer une allure me permettant de finir en 1h46.
Le chrono affiche 5h23 à l’arrivée content d’en finir pour mon premier L et de retrouver les copains déjà arrivés pour les féliciter.
Je tiens à remercier l’ensemble du club et son zident pour l’accompagnement dans cette épreuve et plus particulièrement Steph pour son programme d’entraînement bien adapté pour le format, l’expérience du grand sage !!
On a beaucoup félicité Véro pour son titre de championne bien méritée mais moi j’ai 2 coups de cœur, le premier pour Christelle qui a réussi son M avec brio et pourtant elle flippée grave et Yann qui fait le meilleur temps du club en 4h51 chapeau bas MONSIEUR !!
 
Bonne lecture à tous.
Franck

Les résultats complets sont en ligne sur le site de Klikego.

Les photos du S par Laurent : https://photos.app.goo.gl/bvLKAppa3t32xcmW6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.