Belles prestations à Cherbourg

Engagés le matin sur le XS, David et Annie et le reste des troupes sur le M, l’après midi. Bonne lecture !

Voici celui d’Annie, qui nous livre le sien pour son 1er !

XS Cherbourg, 30 septembre 2018, il était temps…, mais j’ai fini par me jeter à l’eau !

Bon, c’est vrai, j’appréhendais cette première fois tout en étant impatiente de découvrir cette nouvelle aventure sportive.

Après-coup, ce fut une heure d’effort intense au niveau physique…mais surtout émotionnel…bref, J’AI AIME..et pourtant, ça avait plutôt mal commencé !

Arrivée la veille, je suis venue repérer les lieux, fait connaissance avec des triathlètes, écouté les conseils des uns et des autres : « mentalise tes transitions et les gestes à enchainer, reste lucide….PRENDS DU PLAISIR… »

Après une nuit courte mais tranquille, j’arrive à 8H15 à l’école de voile, j’installe mon vélo, je dispose mes petites affaires comme on me l’a dit, bien dans l’ordre, bien rangées. Je vais, je viens, j’attends le départ, j’ai hâte, j’ai un peu peur….Comment mon corps, ma tête vont fonctionner ? Un grand mystère pour moi car tant d’inconnu, je n’ai jamais fait de transitions, jamais enchaîné ces 3 disciplines, et ce départ de natation ? oh la la…

Bon allez, le départ approche, je me place en retrait dans le deuxième groupe de nageurs, j’ai froid et j’attends, fébrile, le départ des garçons. Ca y est, c’est parti, Y’a beaucoup de bouillons, je me positionne dans le dernier tiers, prés de la ligne d’eau et dès les premiers mouvements de crawl, je sens que ça va être compliqué : coups de pieds de la nageuse placée devant qui nage un peu moins vite que moi, coups de poings de celle qui me suit et qui essaie de passer, je me décale à gauche et je tombe sur la ligne d’eau, je vais à droite, y’a des nageurs partout…je lève la tête pour voir et respirer plus tranquillement mais je ne vois que de l’eau agitée partout partout…Bon, vous l’aurez compris, je ne suis pas à l’aise du tout, je panique même un peu, la respiration est difficile, les repères visuels impossibles à prendre, JE SUBIS et c’est une sensation désagréable, j’essaie de me calmer, je prends le virage à la bouée et là j’essaie de me raisonner, de caler ma nage car il y a moins de monde mais cela reste peu efficace, je reviens sans cesse me coller à la ligne d’eau, je ne pense qu’à une chose : sortir de l’eau et monter sur le vélo !

Ouf, la digue, les spectateurs, c’est bientôt fini…je reprends pied dans les deux sens du terme, je cours vers le parc…euh, où est mon vélo ? Je finis par le retrouver, (lucidité où es-tu ? J’avais pourtant pris un repère!), je mets sans réfléchir casque, chaussures ? je décroche mon vélo et je me sauve au plus vite...Zut, j’ai froid, j’aurais dû mettre un tee-shirt , zut, je n’ai pas mis mes lunettes...Premiers coups de pédales, je me sens bien, la transition musculaire me paraît simple, je n’ai pas mal aux jambes, ma respiration est OK… Ah, c’est bien le vélo, même pas de petit plateau utilisé au vu du parcours roulant, du vent ? Oui mais ça ne me gène pas, je finis par me réchauffer assez vite. C’est agréable car je me sens rouler à un bon rythme, je ne me fais pas beaucoup dépasser et je reprends même quelques athlètes..un vrai bon moment ce parcours vélo !

Puis, c’est déjà la vue sur le parc, je ne fais pas d’erreur de règlement : je descends bien avant la ligne, je cours avec mon vélo, je le dépose et je repars …euh à petite foulée vers le parcours de course, quelques copains et copines athlètes sont venus pour m’encourager, je les entends, c’est agréable. Ah, pas facile par contre cette transition, j’ai mal aux mollets, j’espère que cela ne va pas se transformer en crampes, le premier kilomètre est un peu prudent, la foulée courte, puis peu à peu j’ose allonger un peu, appuyer un peu plus, j’ai le temps de penser que je suis contente d’être là !

La ligne d’arrivée arrive….50’29…je suis contente …ah non, 3 minutes de moins car départ décalé : 47’29… encore plus contente;)

Allez, c’est bon, je resigne pour l’an prochain… mais lors de mon prochain triathlon, je laisse mon cerveau à côté de mon casque, dans le parc à vélo, avant d’aller nager;)

David nous livre son CR :

Pour mon premier déplacement sur les triathlons du cotentin, je me suis orienté sur le format le plus court: XS. Chassez le naturel, il revient au galop…Je tiens à préciser que j’avais tenté de m’inscrire sur le M, mais on ne pouvait alors prétendre qu’à la liste d’attente…Finir la saison sur un format qui réclame beaucoup de puissance alors qu’on a accumulé les kilomètres…

Il faut démarrer tôt pour être à l’heure au départ: 9h30 dans l’eau. Le réveil a donc sonné à 6h30…un Dimanche matin! La route effectuée, je prends le temps de m’échauffer en vélo. Je croise Annie, on discute quelques minutes.

Puis, on s’élance pour 400m de natation en aller-retour dans le port de plaisance. A 200 dans un couloir de 8m de large, il ne vaut mieux pas trainer, cela va frotter! Je m’extrais de la masse, vire correctement la bouée du demi-tour et évalue la distance avec la tête de course…c’est déjà parti loin! Ces jeunes sont intenables!

Je fais l’effort pour ne pas être hors de portée dès la natation et c’est les bras lourds que je sors de l’eau. T1 rapide et propre. Je me lance en vélo à fond…je roule à bloc sur les 2 concurrents qui sont devant moi, je vais les reprendre c’est sûr!
Au demi-tour, je suis 5ème. Je dois reprendre ces 2 gars qui sont 30 mètres devant moi!
Mais rouler plus vite qu’à fond, j’y arrive toujours pas et malgré des relances de folies et des cuisses en feu, je reste 30m derrière…

T2 rapide et propre, rien à dire je perds pas de temps. Tout va se jouer sur la course à pied.
Mais une nouvelle fois, quand t’es à fond, tu peux plus aller plus vite! Au demi-tour au bout de la digue, je renonce et laisse filer mes adversaires, un petit coup d’œil derrière: cela ne reviendra pas. Je finis au train en assurant ma place…
Au final, je suis 5ème et 1er vétéran.

Enfin, le mot de la fin revient à Laurent :

Frais ce dimanche 30 septembre pour  le dernier Triathlon M de la saison … mais nettement plus engageant que les conditions du Duo Normand de la semaine passé ; malgré une eau qui commence à se refroidir (16°C dans la rade) c’est avec enthousiasme que 11 triathlètes coutançais se présentent sur le format M de l’après midi. Pour la première fois depuis longtemps le parcours de course à pied évolue ; davantage urbain il permet d’aller jusqu’à la cité de la mer et de longer le « Redoutable » sous marin qui y est exposé.
Epreuve labellisée Championnat de Normandie le parc à vélo est rempli de près de 350 montures parmi lesquelles celles des meilleurs athlètes de la région. La densité est donc bien présente
Dans ce contexte, les Coutançais, s’ils ont parfois parfois brillé sur l’un des parcours (24 ème temps natation pour L Perez, 24 ème temps vélo pour S Girard et 24ème temps course à pied pour C Deuley) ceux ci n’ont pu rivaliser sur le global. C’est néanmoins au très honorable 27ème rang que termine S Girard (9 ème vétéran)
Chez les féminines en revanche Véronique Hervagault monte sur la troisième marche du podium vétérane grâce à une très belle fin de course
Désormais c’est la coupure pour l’essentiel des membres du club avant de se reconcentrer sur une nouvelle saison et se donner de nouveaux objectifs

Le fringuant quinqua
Olivier, tu dis si tu veux que j’enlève ce joli portrait de toi en plein effort ^

Annie vous propose ses clichés :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.