Du VTT à la Toussaint… oui mais pas en Normandie

Retour de Laurent en mode VTTiste sur l’île d’Elbe


Une semaine de randonnée était prévue en cette seconde semaine de vacances de la Toussaint.
Parti avec mon dernier fils (le seul de la famille qui veuille encore de moi…lol) et 3 potes savoyards, le but était de faire du vtt itinérant, dans un cadre qui serait avec un climat a priori plus clément que le notre à la Toussaint ; l’Ile d’Elbe nous paraissait pas mal.
Et ce fut pas mal du tout : des montées sur routes et pistes, des sentiers globalement faisables, des paysages agréables. Un chouette séjour…
 
Formule semi autonome : gîte ou hotel en demi pension et petit sac sur le dos avec les fringues de l’après vélo ; compte tenu des températures là bas (20 – 22°C) celui ci était très léger et ne gène finalement pas pour pédaler


Au global un peu moins de 150 km et de 4000 m D+


Ce  que je retiens :
– on ne regarde plus la vitesse moyenne très rapidement ; pour un routard, même lent,  c’est déprimant …
– les traces de VTT doivent être suivies dans le bon sens ; si c’est une trace de descente, faut pas essayer de la faire à la montée !!!
– en VTT on pédale heureusement, mais parfois on pousse le vélo… voir on le porte
– j’ai appris ce qu’était un OTB (over the bar) je laisse les curieux chercher . Lol
– les enchainements VTT – natation du midi –  VTT sont très agréables
 
* jour 1 : 23km – 600 D+ : Après une nuit à San Vincenzo où nous logeons dans un hôtel au petit-déjeuner somptueux . On y laisse les voitures pour la semaine. Le tracé se fait en grande partie en forêt, soit le long de l’immense plage de San Vincenzo, soit par la suite dans la forêt au-dessus de Piombino. Ferry à Piombino à 15h40.

1er et dernier problème mécanique : visiblement, lors de notre pause sur l’aire de camping près des ferries, nous avons roulé sur un champ d’épines masquées par du gazon. Résultat : Lilian crève ses 2 pneus ; pas de soucis on est prévoyant (chambres et rustines) ; c’est reparti ; à l’arrivée du Ferry on constate que Lilian est à nouveau à plat + 2 autres vélos ; ce ne sera pas moins de 20 rustines (et encore davantage d’épines retirées de nos pneus) nécessaires pour réparer les 5 vélos ! on y passera une partie de la matinée le lendemain !! heureusement que sur le port on a pu trouver un magasin de cycle !

* jour 2 : 15 km – 350 D+Après la matinée à réparer tous les vélos (magasin à Portoferraio), on décale d’un jour notre périple et on visite la route du littoral ; on en profite pour faire quelques ploufs sur les plages désertes à cette époque  . L’eau est aussi bonne qu’au mois de juillet à Coutainville, le calme et la transparence en plus, le top pour nager.

* jour 3 : 23 km – 1000 D+ :  De Portoferraio à Fonte di Zeno, au-dessus de Marciana Marina. Une montée sur route, suivie de pistes, de sentiers, d’une montée sévère sur piste, puis d’un sentier d’abord massacré par les sangliers, puis d’un sentier abordable. Un agriturismo digne de ce nom : super accueil, super repas et petit-déj; bref, le panard. on avait prévu d’y rester 2 nuits pour faire à pied le Monte Capanne (sommet de l’île)  en boucle. On y restera qu’une nuit pour privilégier le reste à vtt.

* jour 4 : 23 km  980 D+ De Fonte di Zeno à Capo Stella. Tout d’abord un chouette sentier dans une forêt à mouflons (aperçus) pour aller à Poggio. Une montée sur route jusqu’à La Sella di Monte Perone. A ce jour, le sentier 24 qui part de la GTE (Grande Traversata d’Elba) à l’ouest est quasi inroulable car il a été défoncé par les sangliers. Ensuite, petite descente sur route avant de prendre une piste qui nous mène à Pietra Murata. Magnifique.  Très belle traversée jusqu’au dessus de San Piero in Campo. Très belle placette avec resto, bar, gelateria…. Arrivée le soir à Capo Stella,

* jour 5 : 12 km de route plate : 0 D+ Des cordes sont prévues toute la journée. On file sous la flotte et sur route à Porto Azzuro. Il était prévu une boucle au Capo Stella et une à Capolliveri. Dommage. L’hôtel Belmare est très gentil et a le mérite d’être ouvert. On met nos affaires au sèche linge car rien ne sèche à cette période très humide.

* jour 6 : 48 km – 900 D+ On doit prendre le ferry à Cavo à 14h20; le seul qui accepte des vélos. On a le temps de monter sur route à Aia di Cacio. De là, on enchaine deux sentiers . Le premier est encore très gras et les rochers comme du savon. Sinon, pas de difficulté particulière. Le deuxième, qui est annoncé plus difficile, ne l’est finalement pas. Attention, quelques montées au milieu des descentes : cela ralentit le rythme. Très très beau. On y croise un groupe de vttiste français en itinérant qui le font à l’envers. On essaie de les décourager et de les envoyer monter sur la route pour éviter un plan galère. Je ne sais pas ce qu’ils auront décidé !
Ferry pris à l’heure et il nous reste 3h à peu près de lumière pour rentrer à San Vincenzo. On le fera par la route et la piste cyclable le long du littoral en mode chrono et file indienne : 28 km/h on frisait l’excès de vitesse pour des VTT.

Pour ceux que cela intéresseraient je peux bien sûr donner toutes les traces faites (ou prévues) ainsi que les adresses des hébergements. C’est un peu loin mais c’est vraiment une destination sympa.
Pour ceux que seul le triathlon intéresse existe aussi l’Elbman, un format XXL qui fait visiter l’île en une seule journée…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.