L’enduro d’Agon

Cécile nous parle de l’enduro :
Nous étions plusieurs triathlètes coutançais à l’enduro des sables ce samedi 19 sur le 14 km. Cette année, quelques changements avec notamment une distance commune pour les hommes et les femmes. J’ai couru avec Grégory qui reprenait après une pause forcée (les couleurs de nos tenues nous permettent vraiment de nous retrouver), Pierre était solidaire avec son club de boxe, Franck était bien devant, Malo lui était très devant (8ème en 51’29, juste après les Kenyans). Chouette course (toujours plus de concurrents, plus de 1500 cette année) sous le soleil et un petit vent latéral qui ne gênait pas trop le retour.
Grèg nous livre également son retour :
Il s’agissait d une première pour moi à Coutainville et surtout une reprise après un arrêt forcé de quelques mois.
Avec quelques footings dans les jambes je me présente au départ avec 1800 autres coureurs.
Ayant le vent dans le dos sur la première partie du parcours je décide de partir tranquillement pour anticiper un retour un peu plus compliqué.
Finalement, je retrouve Cécile juste avant la pointe d agon, quasiment à mi-parcours, qui a eu la gentillesse de m emmener sur les derniers km.
Nous terminerons ensemble après 1h17 aux 577 et 578ème place.
Le CR de Louis
Bien que peu malheureusement peu présent lors des entraînements, j’ai tout de même eu l’occasion de représenté Coutances Tri lors de cet Enduro des sables.
Côté organisation, que du positif : une course abordable niveau tarifaire, des bénévoles à l’écoute pour la remise des dossards ou à l’arrivée et un t-shirt convenable.
Au niveau du parcours, ayant déjà réalisé quelques sorties dans les dunes ou à la Point d’Agon, je m’attendais comme beaucoup à ce que le vent joue son rôle : on n’a pas été déçu !
Le départ se fait donc vent de face, mais je laisse le soin aux coureurs de l’Afrique de l’Est de s’y frotter. Premier virage, avec ce fameux vent dans l’eau : comme beaucoup je me force à en garder sous le pied. Après donc une partie relativement plate, on attaque les dunes. Plus de peur que de mal finalement, les bosses n’étant pas au rendez-vous.
Enfin, au bout de 7km, nous abordons la partie retour. Dans un premier temps seul, j’ai vite compris l’intérêt de courir avec une personne de grande taille : entre le kilomètre 6 e 7, ce fut compliqué, mais le retour sur la plage a donné lieu une belle course poursuite avec les concurrents que j’avais en point de mire. Une très longue ligne droite d’ailleurs…
Un dernier virage (que j’ai apparemment coupé…désolé pour ce gain involontaire de 2 secondes), et une dernière bosse beaucoup plus dure qu’elle n’y paraissait, et le tour était joué.
En résumé, un superbe parcours, une très belle ambiance : je pense ne pas avoir été le seul à être convaincu par cet Enduro !
Quelques photos (Crédit photo NormandieCourseapied).
Franck, alias l’homme qui court en apnée.
Malo, alias l’homme qui reprend vite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *