Les filles à Deauville

Anita et Lucie se sont rendues au Triathlon de Deauville. Voici leurs récits :

Celui de Lucie :

Dimanche 24 juin, on y est ! J’attend ce moment depuis quelques semaines.
Il est 15h20, je viens de quitter Anita qui est partie dans le sas « débutant », je suis dans l’intermédiaire car j’ai un peu peur de comment ça va se passer en mer (vis à vis des autres triathlètes, paraît que coup de pied et autres sont au rdv..) et la le stresse monte. J’écoute la musique motivante de l’animation, je ferme les yeux, je pense à ceux que j’aime et qui croient en moi et je fais le vide.
Les confirmé partent le stress augmente.
Puis on part, la mer est loin, il faut courir un moment pour la rejoindre.
J’y entre mais il faut encore marcher pour pouvoir nager.
Quelques mètres plus tard enfin je m’elance. La mer est agitée (il y a du vent et du courant) mais comme je le suis aussi ça tombe bien ça m’apaise, je me cale rapidement dans mon rythme, je nage et je double pas mal de monde, il est déjà tant de sortir (j’y serai bien restée encore !! ) le parc à vélo est assez loin alors je cours aussi vite que je peux avec ma combi.
Quand j’y suis enfin il reste tellement de vélo !! Je me dépêche d’enlever ma combi je mets mes chaussures sans vraiment m’essuyer, mon casque, je prend mon vélo et je pars.
Le premier kilométre va très vite, j’ai les jambes flageollentes, je bois car je sais ce qui m’attend aussitôt.. Et la voilà, LA CÔTE à monter et waah !! Je prend mon courage à deux mains et on attaque, arrivée au tournant je me dis je l’ai fait mais non il y a PIRE et je me demande si je vais y arriver. Un triathlète tombe devant moi, je l’évite et je me dis que je ne vais certainement pas descendre de mon vélo alors je continue encore et encore. La fin arrive, je n’ai plus de souffle, je met bien 5km à le récupérer.
Le parcours est très roulant et en campagne tout ce que j’aime. Le kilométre 15 arrive avec une montée sur 1500m…
C’est long très long mais la encore je serre les dents surtout qu’il y a tellement de supporters qui nous acclament !! et on se motive entre triathlètes. Et je pense à Olivier qui m’a dit qu’il fallait en envoyer, alors c’est ce que je fais et je double du monde !
Le reste du parcours se passe bien je sais qu’au 25 et 35 ça va encore montrer, mais c’est moins dur.
Je lâche tout du 35 au 40.
J’arrive au parc à vélo j’entends que je suis 17eme féminine !!
J’ai mit 1h33 pour cette partie.
Transition rapide je change mes chaussures, je prend ma casquette et malheur j’oublie ma montre. Je pars donc sans savoir où j’en suis. Mes jambes répondent bien mais mon souffle commence à râler. Au km 3 point de côté. Je sers les dents et j’arrive à le faire passer sans marcher. Il y a tellement de monde le long du parcours et surtout ma famille et ma fille.. Je passe le premier tour et je vois 2h35 au compteur mon objectif de mon de 3h qui était bien parti avant la course à pied s’envole mais tant pi car mon corps lâche alors on finira coûte que coûte mais doucement. Le deuxième tour se passe moins bien mais je ne vais pas lâcher maintenant.
Le dernier km est annoncé je savoure ces deniers moments et puis je vois l’arche et tous ces supporters qui crient alors je sprinte, je double quelques copains et je la franchis cette ligne !
J’ai mit 3h06. Je suis déçue mais fière car c’est mon premier triathlon en compét !!
Je tiens à remercier l’organisation au top et surtout tous les supporters !! Jamais je n’ai vécu une telle ambiance sur une course !!

Pour finir je reprendrai la conclusion de mon papa : « mais tu es folle, tu nages après tu fais du vélo et puis tu cours » !! Oui je suis folle !! Je suis folle de ce sport et j’attend déjà Saint Pair avec impatience !!

Il y avait aussi Matthieu sur le format L, mais il est discret le garçon ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.