Maël avec un M

Pour sa première épreuve au format M, Maël nous livre son compte rendu.

Premier triathlon pour moi (si j’exclue mon XS d’il y a deux ans, réalisé un lendemain de soirée).

Un seul objectif me portait pour cette journée : AUCUN OBJECTIF, hormis celui de terminer l’épreuve dans un état correct si possible, afin d’avoir un « étalon » pour mes prochaines épreuves.

On se donne donc rendez-vous avec Laurent à Saint Sauveur Lendelin pour co-voiturer ensemble  le reste du trajet. Après avoir attendu que Laurent et Malo réussissent à installer leur porte vélos dans le bon sens (il fallait pas critiquer mon cadenas Laurent), nous nous dirigeons donc vers Cherbourg.

Plusieurs éléments attisent ma curiosité avant le départ de natation, comme les gros pansements sur la nuque de certains (je comprends dès l’arrivée et toujours au moment où j’écris ces lignes pourquoi). C’est donc parti pour la natation, départ dans l’eau entre deux optimistes (un bon état d’esprit cette épreuve). J’y vais tranquillement, n’ayant jamais fait cette distance en pleine mer. La combinaison ralentit un peu mes mouvements mais je m’en sort sans trop de problème. J’ai néanmoins dû faire quelques dizaines de mètres supplémentaires en passant plus que largement autour des premières bouées rouges.

J’arrive au parc à vélo, un avantage certain pour moi, un seul vélo restait dans ma ligne. Je tiens à souligner que je n’avais pas cadenasser mon vélo, c’est uniquement pour le boulot. Toujours dans le même état d’esprit, je fais ma partie vélo sans trop forcer, j’arrive tout de même à en dépasser certains (dont deux après quelques kilomètres qui rencontraient déjà des problèmes techniques avec leur vélo à 3 000 €…héhé). Je fais les petites côtes en danseuse, bercé par le doux cliquetis de mon cadenas. Un beau parcours à l’aller, on fait demi tour à proximité de l’usine de retraitement des déchets nucléaires, jamais été aussi proche de l’aréva. Le retour se fait sur une voie express avec un petit vent de face.

Je dépose mon vélo pour entamer la course à pied, j’envisage sérieusement d’accélérer un peu le rythme, me sentant bien. Le coca que je prends au premier ravito efface rapidement cette idée (je note de ne plus en prendre pendant la course). Je cours donc tranquillement, aussi pour préserver une tendinite menaçante depuis quelques semaines. Je croise ou dépasse des visages très en souffrance, c’est méchant mais çà me rassure à titre personnel. Je finis les 100 derniers mètres accompagné de Lilian et passe en ce 11 septembre entre (une fois n’est pas coutume) les deux tours gonflables marquants l’arrivée.

Sans réel entrainement ni référence d’épreuve je finis en 3h11. Pas mal aux jambes ni aux bras, pas trop fatigué, je suis plutôt content. Mes leçons pour ma prochaine épreuve : protéger ma nuque contre les frottements de la combinaison, c’est définitivement là où j’ai le plus mal aujourd’hui, acheter du collant pour fixer des gels sur mon cadre et vélo, acheter une gourde plus grande et m’entraîner un peu. Miser uniquement sur la dernière semaine des programmes d’entrainement (à savoir le repos) est un peu léger je l’admets.

Enlever mon cadenas lors des épreuves ? euh non c’est pas envisagé pour l’instant.

Bravo à toi et place maintenant aux perfectionnements des différents points relevés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.