16 triathlètes à la Ferté Macé sur le Surviv’Orne

C’est une très belle délégation qui s’est préparée et organisée pour participer au premier objectif de l’année : le triathlon de la Ferté Macé, le Surviv’Orne.

Ce sont donc 16 triathlètes prêt à en découdre, pour leur premier objectif de l’année, pour leur premier L ou pour les plus rodés pour constater les progrès sur les distances S, M ou L.

De bien belles lectures à suivre !

Bravo à toutes et tous

Epreuve S :

Très belle performance de Jade qui termine 3e de sa catégorie cadette !!! Philippe et Benoît n’ont pas démérité.

Benoît, Jade et Philippe

Philippe, nous livre son CR :


Petite particularité de cette épreuve elle réunit la plus jeune ( Dont c’est premier essai ) et le plus âgé ( je vous laisse deviner ) .
_ Très beau cadre , temps idéal , visibilité optimale .
_ 16 h 00 la pression monte , 16h25 nous goutons l’eau 16 , 9 degrés .
_ Départ dans l’eau magnifique un peu plus de 260 combinaisons se jettent à l’eau vu de derrière avec les bras qui se lèvent un vol d’oiseaux migrateurs .
_ Philippe a eu la bonne idée d’avoir une combi très reconnaissable c’est un peu n’importe quoi , en dos , en crawl (dixit Laurent …) , Jade se débrouille bien et sort en même temps que lui après Benoit .
_ Le parcours vélo de 25 kms est sympa après une première transition un peu longue pour Jade ,  mais assez sélectif car vallonné autour  du plan d’eau 2 boucles quel confort pas de voiture .
_ La course à pieds pique un peu après le vélo pour ceux qui n’ont pas l’habitude ( Jade , Philippe ) , 2 boucles autour du plan d’eau .
_ Belle arrivée Benoit , Philippe, Jade ( Un grand coup de chapeau à notre benjamine qui de plus se classe 3 ème des cadettes ) .
_ Super expérience avec une belle orga , un beau cadre .
On en redemande .

Sur l’épreuve M :

Christelle se classe 3e femme Vétéran sur le M, Marie-Pierre 8e femme vétéran et Charles 22e temps au scratch (avec le second temps sur la CAP).

Christelle et Charles
Manque : Marie Pierre

Le CR de Christelle :


Je me suis inscrite à mon 1er triathlon M à la fin du mois de janvier un peu par contrainte: Franck s’était déjà engagé sur Le L du dimanche, c’était donc plus pratique de participer à une épreuve le même jour. 
Je n’ai jamais fait de grandes compétitions : quelques courses à pied (pas plus de 10 km et parfois terminées péniblement), 2 ou 3 aquathlons, 3 triathlons S l’année dernière alors courir 10 km après 1500m de natation et 41 km de vélo, ça me faisait peur !
Je commence à m’entraîner plus régulièrement et plus sérieusement (merci à mon chéri et à Véro pour leur soutien et à tous les autres, s’entraîner dans une bonne ambiance, c’est plus facile !)
Nous sommes le jour J, il fait un temps de chien, je me demande ce que je “fous” là, je grelotte avant de rentrer dans l’eau mais bon, depuis le temps qu’on en parle, je n’ai plus le choix, je me lance ! 
Je me prends des coups mais la motivation a remplacé la peur, je regarde combien il y a de bonnets roses devant moi et je boucle mes 1 500 m en 29 min (4ème féminine). J’ai des difficultés à enlever ma combi et je sens des crampes arriver dans mes cuisses, j’enfourche le vélo pas sereine du tout…Je mouline en espérant que ça passe et je parcours les 41 km en gérant, je mets 1h32 (10ème femme, 26,7 km/h de moyenne, pas si mal). Je sais maintenant que je peux terminer en 3h mais il ne faut pas que je me laisse aller. Je commence la course à pied, je ne sens plus mon pied droit (gelé) et j’ai deux blocs de béton à la place des mollets, c’est pas gagné! Il me faut 3 km pour retrouver des sensations et je m’accroche jusqu’au bout (8ème femme, 53min30s).
Je finis finalement en 3h00min37s, 9ème féminine et 3ème vétérane, pu…n, j’ai réussi !
Cerise sur le gâteau : j’ai partagé de supers moments avec toutes les personnes du club présentes, c’était vraiment une belle journée même s’il faisait mauvais !


Christelle.

Sur l’épreuve L :

Véronique Hervagault est Championne de Normandie distance L !!! (3e scratch/2e vétéran) Les triathlètes ont terminé cette épreuve rendue compliquée par la météo capricieuse (crachin, averses, froid)

François, Laurent, Véro, Olivier, Lucie, Matthieu, Christophe, Franck et Yann.
Manque : Stephane Girard

Le compte rendu, d’un survivant, Olivier :


Plus c’est long, plus c’est bon!

Expression utilisée par les femmes exigeantes et les hommes prétentieux,  ne s’applique pas au triathlon…😉

Arrivé épuisé par ma semaine précédente, j’arrive de bonne heure au parc pour déposer mon vélo et mon matériel, et là je m’aperçois que j’ai oublié mon dossard (1er stress Mme arrivera t-elle à l’heure?)
Matériel en place finalement, j’enfile la combinaison, je m’approche avec les membres du club du début de la natation… L’eau parait chaude par rapport à la rosée qui nous gèle les pieds…

Encore une idée de génie de ma part, en attendant le départ je retire mes lunettes et les pose sur mon front, bilan au moment du départ, lunettes complètement pleines de buée j’y vois comme gilbert Montagné…

Coup de pistolet entendu, je laisse les plus pressé partir devant et marche le plus longtemps possible avant de devoir nager, je suis dans le 3è tiers des concurrents, et là je découvre le rugby-natation, appréciant modérément de servir d’appui à mes camarades baigneurs forcés (les amoureux de l’eau sont loin devant…) je distribue les baffes et les coups de pieds à mon tour. Comme je ne vois pas 1 m devant d’un autre coté, je sais que je suis dans le bon sens (c’est déjà ça…). Mais pas moyen de nager… du coup entre le froid, le ventre qui me tiraille déjà et l’impression de faire du sur place j’ai vraiment envie de jeter l’éponge au bout du 1er tour de natation et d’arrêter ce calvaire… finalement les écarts se creusant je finis par arriver à “nager” vers la fin du 1er tour et me dis que tant qu’à être là, autant continuer à patauger (nager c’est autre chose…) le 2ème tour est plus agréable je finis par voir un peu et me dépouille pour remonter un à un les concurrents, aussi mal à l’aise que moi, en nageant en amplitude et en force (on ne se refait pas…) Je sors de l’eau et regarde ma montre 42′ env je suis déjà dépité… Tant d’effort pour ça…Dans le parc je vois Stéphane, Mathieu, Lucie et Franck nous rejoint.

Je décide de perdre le moins de temps possible vu le temps perdu et enfile juste une veste prends mon vélo et file rouler pour me réchauffer et là 20km de plaisir (c’est les seuls de la journée…) je remonte un à un les concurrents qui devaient être aussi mauvais nageur que moi…dont François puis Mathieu me passe mais il reste longtemps en point de mire..

Le parcours est magnifique et les bénévoles vraiment TOP!
J’aperçois maman (Véro) j’arrive à 2 ou 3 m d’elle et en pleine montée je déraille… comme depuis des km mon ventre me tiraille de + en + je vais faire un tour dans les bois voir s’il n’y avait pas des champignons…(cf Stéphane)

Je ressors de là et vois Franck passé il rigole de me voir ainsi sortir des bois. Fin du plaisir à partir de là je vais rouler sans jus limite hypoglycémie et pourtant je dévore et m’hydrate régulièrement mais ça ne suffit pas j’ai pas d’énergie… je m’accroche dès qu’un concurrent passe devant moi et essais de ne pas le laisser partir, de temps en temps un concurrent “mort vivant” fait le “plot” sur la route et je le double (plaisir fugace…).

Le 2è tour commence par une tentative ratée prendre un bidon en roulant… perdu!  je me retrouve au milieu des concurrent du M ce qui permet de s’accrocher un peu mais avec rien dans le moteur pas simple, Soudain Charles me passe à un moment ou je suis mieux j’en profite pour rouler un peu plus vite … puis retour à ma vie de galérien pédaleur je suis dans un “groupe” de mecs en souffrance et on se double à tour de rôle suivant le profil du parcours. Enfin je retrouve maman on échange 2 mots je décide de la “tirer” un peu en partant devant et en lui demandant de s’accrocher, on se retrouvera plus tard…
Vélo fini sans jus, les chaussures pleines d’eau et sans plaisir mais on peux attaquer la course à pieds la partie que je préfère.
Décidé à essayer d’arrêter l’hémorragie je choisis de faire une transition express et part encore sans chaussettes ni me changer.  Sortant des lieux d’aisance j’aperçois maman, et décide de l’attendre pour courir un peu avec elle pour l’aider à faire une place (c’est beau les rêves…) on fait env 2km ensemble puis 1è bosse et là je vois bien que courir sans carburant ce sera long et pénible… je la laisse partir et décide de marcher dans toutes les grosses côtes pour atteindre l’arrivée. Je me dis que vu la vitesse j’aurais le temps d’encourager les autres du club… et de leurs indiquer les coins à champignon. Je vois enfin Christelle et Marie Pierre du M puis la gamine (Lucie) du L. Je perds des places sans arrêt j’en ai marre de galéré ainsi…Stéphane m’encourage, mes pieds me font mal je sens les ampoules “pousser” sous mes voutes plantaires… puis quelques instant plus tard Christophe Me rejoint on est dans la même galère! Il a un tour d’avance sur moi. On discute et s’encourage (on est d’accord l’IRONMAN c’est pas pour tout de suite!!!!) On fait un demi tour ensemble. Puis Christophe part et je le suis 50m derrière jusqu’à sa ligne d’arrivée et dernier tour pour moi, ils sont de plus en plus long… mes pieds me font mal je suis vidé et dégouté. Finalement je franchis la ligne 5 h 45′ environ.

L’ambiance était TOP mais gardez bien le souvenir de m’avoir vu sur un L car pas sur d’en refaire…

Un autre CR, celui de notre championne Normande !


Un bizutage c’est toujours une épreuve, c’est bien connu !
La prépa était là, la météo non. Et quoi qu’on en dise ça n’aide VRAIMENT pas à se motiver.

Envie de faire demi-tour dès l’entrée dans l’eau glaciale (il faut être complètement taré pour s’imposer ça) mais bon j’ai signé alors j’assume :
Tour 1 : kick boxing, asphyxie, mains et pieds gelés. Tour 2 on nage côte côte avec Yann (que je reconnais grâce à nos peintures de guerre
(merci Lucie !) ça fait du bien un visage connu, un peu de chaleur ! Je parviens à poser ma nage et glisse vers l’arrivée. T1 mémère : 4’31. Pluie et froid, on ne sèche pas vite ! il faut au moins ça pour maladroitement se déshabiller et s’habiller : 4 couches (on va se
les geler) et 2 cuissards (c’est quand meme 82 bornes)
Boucle 1 : ça grimpe tôt et ça grimpe fort ! joli parcours dans la forêt d’Andaine (“presque” agréable) ! Petit couac, je déraille (les réglages de ma
nouvelle monture sont à améliorer). Je croise les doigts pour que ça ne recommence pas et stress et à chaque changement de plateau, ce qui me prive
du bénéfice de relances. Après crachin et bruine, une pluie battante ! (oui taré, il faut être taré). La route est glissante, les lunettes teintées sont
aussi gênantes qu’inutiles. Les copains du club me doublent, chacun y allant de ses encouragements (Stéphane ne manque pas de souligner que ce
n’est pas le moment de ramasser des champignons).
Boucle 2 : pénible, forcément on sait déjà ce qui nous attend ! mais les forces reviennent et l’allure des athlètes sur le M redonne du rythme.
“Sélectif” le parcours comme ils disaient 😉
T2 et départ de la CAP. Le jus commence à manquer : l’impression d’être plus cul-de-jatte que bipède est assez déroutante ; les pieds gelés ne le
seront plus qu’à partir seulement du dernier tour. Pas de sensations, et courir dans ces conditions, «  ça c’est moche » comme dirait Christophe 🙂 Il faut aller les chercher ces colliers : le rouge, le jaune … plus guère envie d’avancer, juste envie de stopper tout mouvement ; enfin
du repos… mais il faut finir et puiser dans les ressources physiques et mentales ! Le parcours est difficile (belle montée et faux plats qui cassent les jambes).
Certains marchent, vomissent (coup de froid ?), abandonnent … ENFIN ! le collier vert !
Merci à tous les copains et copines pour les précieux encouragements !
Depuis le début, le podium féminin était établi ; les premières ayant rapidement creusé un écart important (dont la gagnante de l’an dernier en 4h50) Je double quelques femmes, mais entre le M et le L on est nombreuses ; le but n’était pas la place mais juste de finir (en évitant quand même de me faire
redoubler si possible). Enfin, l’arrivée au loin ; je découvre avec surprise que je suis 3 ème féminine et 2ème vétérane. Cool 🙂 et hop deux médailles dans la besace et un
joli chèque pour payer un coup aux copains prochainement. J’allais me changer quand j’ai entendu de nouveau mon nom : les deux premières n’étant
pas Normandes, je suis donc championne de Normandie du triathlon distance L : cerise sur le gâteau 😀 ; et hop 3 éme médaille et un beau maillot de vélo
de la ligue FF tri ! Monter 3 fois sur la boîte et sur les 3 marches, un vrai rayon de soleil qui fait presque oublier le froid, la pluie et le reste !
(pas si taré que ça en fait 😉 )
Un bon moment tous ensemble ; c’était vraiment chouette. Prête à remettre ça, mais (si possible) sous le soleil et avec une eau suffisamment chaude pour ne pas se
mettre le moral et le physique dans les chaussettes dès le départ !

Le récit de Franck :


Depuis le temps qu’on en parle et qu’on s’y prépare, nous y voilà à La Ferté et ce fameux surviv’orne.
Nous partons samedi en début d’après-midi de Coutances pour aller encourager Jade, Benoît et Philippe sur le format S et nous imprégner de l’ambiance du triathlon. Nous y croisons Annie venu accompagner Nina sur le XS. Bravo à tous les 4 pour leurs performances.
Pour mettre le maximum de chance de notre côté et éviter de la fatigue, une bonne partie des engagés du dimanche avions décidés de dormir sur place et passer la soirée ensemble. Au menu, eau plate en apéritif, assiette de pâtes, fruits, yaourts….et cookies maison préparés par Lucie, la fête quoi !!!
Après cette soirée pas trop arrosée, rendez-vous dimanche matin à 8h15. Tout le monde est à l’heure, il n’y avait pas besoin de réveil, la nuit ne fut pas extraordianire pour bon nombre. Nous voilà partis direction le parc à vélo, tatouage de la main, bras et mollet et là patatras, premier couac, j’ai oublié mon dossard dans la voiture (ça ne te rappelle rien Olivier), rien de grave, on avait de l’avance.
L’heure du départ approche, et là deuxième couac, la pluie fait son apparition, déjà qu’il ne fait pas bien chaud…Si la soirée n’a pas été trop arrosée, la matinée fut tout autre GGRrrrr
Allez passons aux choses sérieuses, après un brief rapide sous la pluie, nous nous dirigeons vers le plan d’eau et l’organisation nous laisse quelques minutes pour nous échauffer. Pour ma part, j’ai pris l’option attente du coup de sifflet sur le sable.
C’est parti, je laisse les nageurs/bagarreurs devant, et tranquillement je quitte le rivage et contrairement à beaucoup je ne trouve pas l’eau si glaciale. Après 10 premières minutes tranquilles, me voilà entouré de nageurs venus de je ne sais où, je n’aime pas qu’on m’em…quand je nage alors un petit début d’angoisse pointe le bon de son nez, crotte alors !! Ca ne dure pas trop, je me reprends et finis le premier tour en 22’ satisfait. Le deuxième tour se passe bien, un peu seul quand même mais bien et finis la nat’ en 44’, YESsss. Arrivée dans le parc,  j’aperçois Lucie, Olivier et Mathieu qui se battent avec leurs combis, ça me regonfle le moral de les voir ses trois là.
Je croyais avoir fait le plus dure, grave erreur, le début de vélo est terrible, je ne sens pas mes jambes, mes cuisses sont tétanisées par le froid, la prochaine fois il ne faudra pas que je traîne si longtemps dans l’eau glaciale.
Je remonte néanmoins quelques concurrents, copains/copines, fait coucou à Olivier qui sort des bois, je me demande bien se qui fou là celui-là même si j’ai mon idée sur la question, et commence à retrouver un semblant de sensation dans le 2ème tour après avoir pris une grosse grosse averse sur le bout du nez.
Après 2h48 de vélo, la T2 se passe correctement, après avoir enfilé mes shoes et casquette légèrement humide, me voilà partis pour 20 km de cap. Les 2/3 premiers km se passent bien même si je ne sens toujours pas mes pieds mais vite je réduit l’allure sentant les crampes arrivées. A partir de cet instant, ce sera gestion de l’effort…zen’attitude !! Je prends le temps d’arrêter aux ravitos, marcher dans la fameuse côte à grimper 3 fois et assurer une allure me permettant de finir en 1h46.
Le chrono affiche 5h23 à l’arrivée content d’en finir pour mon premier L et de retrouver les copains déjà arrivés pour les féliciter.
Je tiens à remercier l’ensemble du club et son zident pour l’accompagnement dans cette épreuve et plus particulièrement Steph pour son programme d’entraînement bien adapté pour le format, l’expérience du grand sage !!
On a beaucoup félicité Véro pour son titre de championne bien méritée mais moi j’ai 2 coups de cœur, le premier pour Christelle qui a réussi son M avec brio et pourtant elle flippée grave et Yann qui fait le meilleur temps du club en 4h51 chapeau bas MONSIEUR !!
 
Bonne lecture à tous.
Franck

Les résultats complets sont en ligne sur le site de Klikego.

Les photos du S par Laurent : https://photos.app.goo.gl/bvLKAppa3t32xcmW6

Séance mécanique et entretien chez notre partenaire, Esprit Vélo

Hier soir, plusieurs triathlètes (Coutancais et St Lois) se sont donnés rendez-vous au magasin Esprit Vélo pour rencontrer Arnaud et Cédric. Les thématiques abordées étaient : l’entretien et les réparations.

Merci à eux pour leur disponibilité et leurs explications qui ont permis à certains de découvrir comme bichonner leur monture ou pour d’autres les “gestes qui sauvent” en mécanique.

Pour une reprise…


Avant de m’inscrire a cette sortie dominicale, dont l’idée est venue d’un copain, j’ai pris soin de demander l’aval 15 jours après l’infiltration. Validation obtenue, je procède à l’inscription après avoir vérifié la météo. Les planètes étant alignées, c’est à 5h que le réveil sonna. La vache, rien que ca, ca pique… “faut être un peu maboul” dixit ma femme.


Bref, quelques heures plus tard, on covoiture, on arrive sur place et là, un brouillard bien normand et surtout bien rafraîchissant. Pas grave, on va chercher les dossards et diantre, on se pèle grave. (Je suis content de ne pas être épilé :-)). Le choix de la tenue va être primordial : bien couvert pour le départ et modulable pour enlever les couches. Effectivement après quelques kilomètres qui sont passés bien trop vite, on fait sauter les épaisseurs car il fait bon sous un beau soleil.
Les kilomètres passent vite, trop vite. J’ai les jambes jusqu’au kilomètre 90. Après le second ravito, les cannes commencent à être défoncées. Je ne sais pas si c’est le vent, les 1000m de D+ restant, le fait de rouler seul pendant 70 bornes ou simplement la fatigue, la moyenne baisse drastiquement mais j’arrive à maintenir un rythme m’évitant de me vautrer dans les patates.


Le parcours était génial, varié, vallonné (1800 de D+), des passages à coté de bois qui invitent à sortir le VTT. La fin, vous vous en doutez est dure, mais je rattrape quelques concurrents. Les 15 derniers kilos étaient pénibles sur la départementale avec un vent 3/4 face.

Pour les chiffres, 160 kms en 5h43 et un orifice anal légèrement désorienté, tout comme les jambes. Je suis surpris du niveau des coureurs, y’a du level comme diraient les jeunes ! Manque plus que 3900m de natation avant… non j’déconne. En tout cas, si je le faisais un jour, j’aurai une tout autre gestion de course.
Pour celles et ceux qui me connaissent, ils se poseront la question : mais WTF, pourquoi prendre le départ de cette course avec le si peu de bornes en vélo ? Bah c’est l’année des défis : cette épreuve et bientôt un marathon sans courir avant. La classe.

C’était donc une belle 1ère édition de la cyclo sportive L’ornaise. Par contre, le cycliste, n’est pas causant (pas grave vu que j’ai roulé tout seul sur la fin) et les ravitos sont légers (ca change des banquets de VTTiste), mais des bénévoles (un paquet !) charmants et des organisateurs qui peuvent être fiers de leur première édition. Puis rouler derrière une moto de gendarme, c’est sympa.

Classement 334/410 en 5h43

Yann et David en terre Bretonne

Un triathlon à 2 pas de chez mes parents, je ne pouvais pas louper ça et je m’y suis inscrit direct sans me poser trop de questions. Sans nous concerter, David s’y est inscrit aussi.

Arriver la veille, je fais un tour de reco (vélo + CAP) et j’en reviens un peu inquiet : une mer formée avec des kites, (du vent, du clapot, de la houle..), une sortie de l’eau avec un cordon dunaire étroit à franchir (goulet d’étranglement?), un parcours vélo de 4,5 km avec 500 participants (y compris les relais) à tourner en boucle et drafting autorisé, parcours de CAP boueux et rocailleux (j’ai pas de chaussures de Trail..), bref pas mal d’interrogations pour le lendemain..

Le lendemain justement, il fait grand beau, et la mer est calme, c’est déjà ça..

David me rejoint chez mes parents et nous allons au départ à vélo. Le site est magnifique, l’anse Duguesclin située entre Cancale et St Malo, avec une île sur laquelle repose une seule Maison (ayant appartenu à Léo Ferré).

L’organisateur a eu la bonne idée de lancer le départ natation en 3 vagues  : les féminines, vétérans et les autres concurrents, avec 3 minutes d’écart entre chaque vague.

La mer est transparente mais nous saisie, elle est encore un peu fraîche…

Au bout de 100m environ je me prends un coup de pied en pleine face ce qui a pour effet de remplir le côté gauche de mes lunettes d’eau de mer, et je fais tout le reste de la natation avec un seul œil pour me diriger (un grand classique ..)

Quand je sors 15 minutes plus tard, notre fan club (nos familles respectives) me signale que David n’est pas très loin. Vu les temps des cadors en natation (un peu + de 12 minutes), soit la distance était supérieure à 750 m, soit le courant nous a ralenti et j’estime m’en tirer à bon compte.

Je jardine un peu en cherchant mon vélo dans le parc, je monte dessus avec les chaussures aux cales et un élastique qui pète trop tôt me fait galérer pour enfiler une chaussure, là non plus rien d’innovant, c’est le train-train du triathlète amateur…

A la sortie du parc, on se tape une bonne patate, seule réelle difficulté du parcours, mais qui se monte quand même sur la plaque. Qui dit Drafting, dit suçage de roues et je trouve 3/4 triathlètes avec lesquelles nous collaborons pas trop mal et on roule à gauche comme sur une autoroute en doublant les cyclistes qui vont moins vite sur la file de droite. De temps en temps il faut élever un peu la voix pour annoncer notre arrivée à fond la caisse mais ça se passe pas trop mal..(mieux qu’à la reco où j’ai failli m’emplafonner une voiture la veille..) faut dire que la circulation est coupée.

Je double David et je tiens 3 tours avec toujours les mêmes gars, mais ça devient de plus en plus dur (début de crampes). Je fais le 4e et dernier tour un peu plus tranquille et file vers T2 (déchaussage des chaussures avant la descente). En regardant les résultats je vois que parmi mes acolytes, il y avait celui qui fini 2e

Le départ de la CAP est difficile, pris de crampes d’estomac, parcours assez difficile (dénivelé)  mais bien plus sec qu’hier…La 2e féminine que j’avais doubler en vélo me repasse devant et je me dis, vivement que ça se termine.. Au 2e tour , ça va mieux et je remonte progressivement sur cette triathlète de Rennes Triathlon, je la double et fini même par rattraper la 1ère (non mais…) avant la ligne..

David termine un peu derrière moi, finalement content de ne pas se blesser (emm.. avec un mollet récalcitrant depuis plusieurs mois) mais déçu car….pas dans le classement (réalisé par Breizhchrono) comme

une bonne soixantaine de concurrents…(c’est comme ça que la 1ère féminine a un temps meilleur que le 1er gars !) les puces électroniques ne sont pas infaillibles…

De mon côté content de cette participation sur mes terres, même si une épreuve avec Drafting n’est franchement pas ma tasse de thé, j’étais surtout soulagé de terminer sans chutes ou blessures et ayant pris quand même un bon kiff…

A noter un organisation avec 180 bénévoles et environ 3500 spectateurs sur le site (suivant la police..), une belle réussite, on attend la vidéo qui devrait montrer de belles images.. avec quand même quelques points à revoir, pour les participants mais surtout pour les spectateurs (ligne d’arrivée étriquée, dernière descente à vélo à 60 km/h avec des spectateurs de chaque côté de la route.. ).

http://www.breizhchrono.com/detail-de-la-course/crs_id/12467/


Jour férié actif !

La Ferté Macé et son L approche … répétition générale pour tous ; après 2 parcours de vélo vallonné de 72 et 82 km, chacun a couru une quarantaine de minutes pour vérifier que ça fait mal aux jambes, pas comme quand on sort directement de chez soi. Et tout le monde confirme : ça fait bien mal aux jambes… mais comme ça on le saura pour le 19 mai.

Les femmes du jour… et Stéphane en arrière plan
On remarquera Stéphane en pleine récupération ^^
Les pros de la cueillette de champignons

Maël, le Rennais pense toujours au club.

Même si Maël, ne fait plus parti de notre effectif, il pense toujours au club et en porte les couleurs dès qu’il peut. Voici son CR d’un trail à Rennes :

Malgré mon départ du club l’année dernière pour Rennes, j’ai arboré fièrement les couleurs de Coutances Triathlon pour l’Urbain Trail de la capitale bretonne, qui a eu lieu dimanche dernier j’envoie donc un petit compte rendu !
Je me suis inscrit sur la version longue (24km), faute de place dans les épreuves plus courtes (7 et 14 km). Le concept : traverser différents lieux ou monuments de Rennes (opéra, piscine classée, tour de la sécurité sociale, etc.), le lendemain d’une victoire du club de foot local. Le stade Rennais avait en effet remporté la veille son premier titre depuis 48 ans (coupe de France), çà a imprégné l’épreuve tout du long. Je reviendrai d’ailleurs au Stade Rennais en fin d’article (teasing…).
La course en elle-même était agréable, il ne faut toutefois pas y venir pour faire un temps à moins de démarrer dans la première vague de départ, sinon compliqué de doubler, il y a même eu quelques goulets d’étranglement avant de rentrer dans certaines futures stations de métro de la ville. Une organisation très bonne, un ou deux ravitos de plus aurait pu être utiles (heureusement la température était idéale pour courir : entre 11° et 13°).
Me concernant je me suis senti très bien tout au long de la course et tournais entre 12,5 et 13,5 km/h quand je pouvais courir à mon rythme. Plutôt très satisfait donc car quelques nuits saccadées par mon fils ont “légèrement” perturbées mon entrainement. Je me sentais plus entrainé pour un 15km. Cette épreuve m’a également permis de tester ma montre cardio (Polar Vantage M pour les connaisseurs) que j’avais acheté après pas mal de temps sur l’excellent site nakan.ch (merci Anthony pour l’adresse). Pour continuer le point matos, j’ai pu également tester sur sortie longe mes chaussures (des Altra Torin). Super satisfait également, je crois que j’ai trouvé ma marque. Altra se différencie des autres modèles par un avant du pied assez large (genre tong, ne pas acheter pour le design donc) et un drop 0 (pour foulée médio pied).
Je finis donc en 2h20 (dont 15-20 min de ralentissement je pense) en très bon état, j’ai d’ailleurs fait un petit footing post course pour attraper un bus. S
Je ne me suis pas trouvé en photo sur le Facebook de l’évènement, mais j’en ai mis quand même une dont le titre pourrait être : “Hatem Ben Arfa et le Stade Rennais FC, soutien officiel de Coutances Triahtlon”. Je l’ai croisé par hasard 10 min après la course en centre-ville.
Je ne pourrais pas être présent pour la première édition du triathlon d’Agon Coutainville mais je penserai bien à vous et vous souhaite bon courage pour l’organisation (çà a l’air bien parti, je vois que l’épreuve S est complète)!

Sportivement,



Mael

Maël a les bras trop court pour le cadrage 😉

Le triathlon d’hiver des montagnards

Le Dynastar X3 de Courchevel – un triathlon unique- dimanche 14 avril

1er dossard 2019 pour moi et c’est sur un format inédit que je me teste . C’est la sixième édition de cette épreuve originale qui enchaine vélo 14 km 1000 m D+ – course à pied 7 km 200 m D+ et  ski alpinisme 5km 1000m D+ ;  et pour une fois que mes dates de vacances coïncident je l’avais coché… et entrainé mon fils Ulysse, histoire de se tirer la bourre et de passer une bonne journée.

Le parc est disposé sur la commune de Courchevel 1850, au pied des pistes,  dans la neige. La préparation nous fait un peu stresser car arriver dans un parc de transition avec des skis n’est pas très courant.

9h15 trajet vers le départ ; en guise d’échauffement on part pour relier la ligne de départ et on commence donc par 14 km de descente par -5°C, autant vous dire qu’en arrivant j’étais moins échauffé qu’en partant ; en bas heureusement le soleil est déjà là et réchauffe un peu l’atmosphère.

10 h départ

– Bon Ulysse on reste ensemble ?

– T es ouf toi, je suis pas venu pour ça ; je suis venu pour fumer mon quinqua de padre !

– Ok comme tu veux … fais ta course…

Après environ 20 m de plat, le temps de mettre les cales et la route s’élève déjà ; on met donc de suite le 34×25. Ulysse part devant et rapidement je ne le vois plus (pour info il n’avait fait jusque là qu’une seule et unique sortie en vélo de route, histoire d’apprendre à passer les vitesses et mettre les chaussures dans les pédales).

J’ai fait cette montée des dizaines de fois lorsque j’étais au ski club de Chambéry … mais toujours en bus… En vélo la pente est soutenue mais jamais très raide, elle est relativement régulière et il est facile de trouver son rythme. Peu avant la fin je rejoins Ulysse ; je me dit qu’il a fait son bourrin et qu’il est déjà cuit…

Après 1h05 de course nous entrons donc ensemble dans l’aire de transition ; les 100 m pour la rejoindre à courir dans la neige sont horribles car la neige a été piétinée (eh oui on est pas les premiers !) et elle commence à fondre avec la chaleur ; Normand,  imaginez vous courir pied nu en poussant un vélo dans du sable sec, ce doit être à peu près la même chose !

Transition express pour moi et départ course à pied. Ulysse campe dans le parc et je n’hésite pas à le laisser, après tout il veut la baston. La course à pied a lieu dans la neige ; bien qu’on soit à 1850 m d’altitude (le cardio nous le dit rapidement) c’est assez « courant », on est sur de la neige bien damée. 42 min de course et c’est ok.

T2 pour la dernière partie ; on troque les running pour les chaussures de ski, les peaux de phoque ont été déjà disposées sur les semelles ; du coup on sort du parc on chausse et zou pour la dernière partie.

D’habitude je randonne avec un sac chargé ; là il ne contient que ma poche à eau et quelques barres énergétiques… j’ai donc l’impression d’être léger et d’aller vite. Que nenni ! des compétiteurs aguerris me déposent dès le début ; il faut dire qu’en compète, le matos n’est pas du tout le même qu’en loisir et ils trimballent 3kg sous les pieds quand je suis à 5 ! j’ai même l’impression que certains font du ski de fond alternatif tellement ils arrivent à glisser entre 2 pas. Pas grave je monte à mon rythme ; la première moitié est facile (piste verte) la seconde se redresse nettement (piste rouge) et c’est à ce moment que Ulysse me rejoint.

– Tu vois bien, je vais te fumer !

– ???? Comment ça se fait que t’es pas cramé après 2 h de course ? c’est pas normal ça, d’habitude tu pars à fond … et finis comme un c-n…

– Ben c’est fini ce temps là, maintenant je gère …

Bon ça y est , 3h de course,  je commence à être dans le dur. Petite pensée pour Juju qui marathone à Paris et qui lui aussi est peut être dans une situation compliquée. Les derniers mètres de dénivelé sont bien raides mais ouf l’arche d’arrivée est en vue. 1H35 de montée, un peu plus de 600 m /h de déniv, c’est pas tant pire. Chrono final autour des 3h20. Ulysse me met quasi 10 min sur les 500 dernier mètre D+. Il m’attend en me narguant. On va chercher autre chose pour la revanche.

En attendant on s’empifre à l’arrivée : saucisson, fromage, pain d’épice, amandes, fraises tagada, Tuc, Pom’potes il y en avait pour tous les goûts.

Une bien belle épreuve, que l’on ne peut faire qu’ici… faut vraiment le vouloir

Les enchainements

Ca sent à mort l’approche de la saison ; il est temps de s’exciter un
peu ! Au programme de l’entrainement du matin : multi enchainements vélo / course à pied sur le parc des sports.

Pour le vélo un parcours de 5.5 km découpé en 3 phases de travail
(danseuse, sur braquet et vélocité)

Pour la cap un tour classique du parc des sports (1500 m) en mode
footing + +

Fait 3 fois pour bien se fatiguer … et une 4ème à allure course XS
histoire de se finir. Mais tout le monde y a réchappé !

Bonne séance, n’est ce pas Ines et Philippe ?

Voyage au Sri Lanka

On va faire simple : Magnifique.

Eh oui que dire d’autre sur ce pays proche de l’équateur, où la nature est luxuriante, où les gens se contentent de très peu. Clairement une autre façon de vivre pour nous, Occidentaux que de voir ce peuple vivre avec la nature qui leur fournit ce qu’il faut pour se nourrir, travailler et se loger.
C’est un très beau voyage, avec beaucoup de belles choses à voir et il y en a pour tous les goûts : mer, campagne, montagne. Le soleil de plomb aura eu raison de toutes tentatives sportive, hormis le dernier jour avec un footing très très matinal mais déjà très chaud !

Anthony


Le stage Départemental à Cherbourg

Ptiti retour sur le stage départemental du 22 et 23 mars à Cherbourg

Cette année c’est Cherbourg Triathlon qui s’est collé à l’orga du stage départemental. En conflit de date avec le Duathlon de Caen certains clubs avaient décliné l’invitation. Malgré tout ce sont une quarantaine de triathlète qui se sont donnés rendez vous pour un week end de sport.

Parmi eux 10 coutançais, fidèle à cet évènement qui marque, et c’est bien le cas pour moi, le début de la vraie saison et le retour à l’entrainement régulier.

Samedi

Départ 7h30 du parking de la piscine de Coutances ça pique un peu … les yeux notamment… ce qui explique sans doute l’itinéraire touristique que nous a fait prendre Cécile pour nous rendre sur les lieux. Il faut dire que Véro et Lucie qui l’accompagnait ne l’ont guère aidé, sinon distraitent …

A peine arrivés et déjà en running pour un footing le long des bords de mer autour du secteur de Collignon. Enchainement avec PPG au son de la sono endiablée qui nous impose une séquence d’ateliers qui changent toutes les 30 secondes. Je découvre avec mon binôme Philippe qu’il n’y a pas besoin d’un mur pour faire la chaise (même si finalement un mur est peut être plus confortable … cf photo)

Sans transition séance piscine pour 1600 à 2500 m suivant les groupes ; ça y est, Jade est déjà cramée et a explosé son compteur horaire de sport de la semaine !!!

Pause repas de 45 min puis on enchaine  : 25 km vélo aller, multi enchainement vélo cap sur un circuit de karting par équipe de 3 puis 25 km retour. La Hague est fidèle à sa réputation avec une météo automnale (grise et humide) pendant que c’est la canicule à Coutances !!!!

Jade n’en peut plus, elle, dont le km max de vélo était bloqué à 12 ( oui oui, 12 km)

Retour bercail ; on se gave des cookies soigneusement préparés par Lucie (merci Lucie Yann a bien apprécié !! ) , avant de tomber en hypo.

Suite du programme cool ; 1 h de sophrologie. Sympa, on a appris à s’endormir debout. Inès qui revenait de championnat de France nat UGSEL nous rejoind ; elle a l’air aussi cramée que Jade et toutes les 2 ne traineront pas le soir après le repas. Moi qui croyait devoir remplacer leurs parents pour leur dire d’aller au lit … par contre Charles et Véro … n’avaient sans doute pas assez faits de sport dans leur journée et étaient près à prolonger la soirée longtemps … mais on est ici pour du sport, et le week end n’est pas fini

Dimanche : Soleil

6h45 réveil ; on saute dans notre maillot de bain, on descend, on traverse le parking, on entre dans la piscine et on se jette à l’eau; ça pique aussi mais ça le fait. Réveil musculaire puis exercices multiples à 40 dans la pistoche.

8 h ptit dej

9h vélo pour plusieurs circuits suivant les niveaux les envies la fatigue…après 45 à 75 km suivant les groupes on se retrouve pour le repas du midi et sommes impatients de connaître la fin du stage intitulé « surprise » ; ce sera finalement une CO sur les hauteurs de Cherbourg. Malgré tout le programme réalisé, on parvient à courir (pas trop vite) et rapporter quelques balises

Ouf c’est bouclé. Une bonne semaine pour récupérer et on pourra remettre ça.

Inutile de vous préciser que Jade et Inès n’ont rien vu du trajet retour qui aurait pu durer des heures tellement leur sommeil était profond

On en profite pour remercier le club de Cherbourg qui nous a chaleureusement accueilli : Stéphane son président évidemment mais aussi Yohann pour l’orga technique Lolo la Prune pour la partie administrative, Morad pour son indéfectible soutient et assistance : vélo, ravitos, photos … merci à tous pour votre bonne humeur

Laurent

Le reste des photos : ici

7 triathlètes au Trail des Dunes de Lingreville

1ère édition du trail des dunes, organisé par l’association des parents d’élèves de Lingreville. Notre ami Mathieu Etienvre est aux manettes.

L’occasion pour pas mal d’entre nous d’endosser le 1er dossard de l’année.

Lucie et Olivier sont sur le 20 km alors que François, Julien, Charles, Franck et moi partons sur le 10 km. Anthony est venu nous encourager en faisant le chemin à VTT depuis sa campagne.

Le départ se fait en prenant la cale de Lingreville et nous comprenons vite que le vent tempétueux va jouer les troubles fêtes..

Un petit détour par la plage et nous empruntons un chemin dans les dunes le long du havre de la Vanlée, des chemins que je connais bien, ce sont mes routes d’entraînement. Faire gaffe où on met les pieds, telle est la devise, éviter les trous et les zones glissantes, du trail quoi…A l’arrivée, j’ai vu pas mal d’éclopés…

Dans les terres, on cherche un peu les abris, mais le vent est partout présent…Un temps à faire du Windsurf, le Zident doit être sur sa planche…

Les premiers sont partis devant, j’essaye de trouver quelqu’un pour me servir de lièvre, mais c’est plutôt l’inverse, je « tire » un jeune trailer jusqu’à le décrocher..

Enfin le dernier km se fait en partie sur la plage, vent de côté avec des appuis fuyants, sable mou oblige, mais la ligne d’arrivée se profile..

Après un changement de tenue, on se rassemble entre membres du club pour un moment sympathique autour d’une bière, la boisson du triathlète..(hein Lucie, va falloir s’y mettre…)

Et pour assister au podium, parce que Charles gagne cette première édition, même s’il est devancé par un autre Triathlète de Granville (Romain Garnier) qui se trompe de chemin sur la fin…

Un grand Bravo à l’organisation qui a du s’adapter à la météo, pas de tentes comme prévues, celles- ci se sont envolées. Du coup le retrait des dossard se fait carrément chez l’habitant qui prête son garage..

A refaire donc l’année prochaine, encore plus nombreux de Coutances Triathlon.

Yann

Podium de Charles

Trail du Pays St Lois

Engagés sur le 15 kms, 3 triathlètes coutançais ont participé au trail urbain organisé par les sapeurs-pompiers.

Voici le CR des protagonistes :

“Bonne petite course qui permet de découvrir les endroits sympa de la
ville de Saint-lo qui bien qu’en milieu urbain l’enlève rien a la
difficulté ( escaliers, cotes du milieu parcours…)
Comme Franck je pense que lon peut saluer l’excellente organiqation de
cette course qui sert une bonne cause.
De plus, il s’agit d’une course hyper abordable au vue du panier garni
que l’on reçoit a l’inscription…”
Côté technique : 15, 6 kms dénivelé positif 250 m

Notons également la belle prestation de David, engagé sur le 7 kilomètres. Il finit sur le podium à la 3e place dans la catégorie VH1.

L’ensemble des résultats sont disponible ici

Le triathlon d’Agon Coutainville : les parcours sont en ligne !

Nous avons le plaisir de vous annoncer la naissance d’un nouveau triathlon : le triathlon d’Agon Coutainville.

Deux organisateurs mais une seule volonté : faire découvrir le triathlon au plus grand nombre

L’association de l’Enduro Pedestre de Coutainville et notre club, travaillent conjointement pour vous proposer le 07/07/2019, deux épreuves qui permettront au plus grand nombre de venir découvrir l’enchaînement des 3 disciplines.

Pour toutes les informations, n’hésitez pas à consulter le site dédié : triathlon-agon-coutainville.fr et la page Facebook dédiée.


Les inscriptions sont ouvertes. Cliquez ici



Les parcours sont en ligne !

De la chaleur, du soleil…

Philippe porte les couleurs du club sur le continent Africain.

“Bonjour à tous 
L Afrique ….un vrai choc de culture …La découverte à VTT …c est super on accède aux villages les plus reculés sous une température de 40 degrés. … La Casamance est une très belle région dans le Sud du Sénégal.  A découvrir . Déjà plein de souvenirs .

Amitiés 

Philippe “


Philippe, de retour en terre Normande, ajoute quelques lignes pour cet article :

Belle expérience de découverte de la Casamance ( Sud Sénégal ) à vélo
avec la FFCT ( Fédération française de cyclotourisme ) . Nous avons
parcouru environ 315 kms  en  une quinzaine de jours à V.T.T ( Piste et
sable ) sous 40 degrés avec un groupe de 12 personnes et un guide local
.La visite de villages reculés au contact de la population a été un choc
culturel ou la jeunesse des habitants et le dénuement prédominent ….

Très beaux paysages , végétation variée dans cette région surnommée le
grenier de l’Afrique .


Assemblée Générale du club

Vendredi avait lieu l’assemblée générale du club. Comme d’habitude la représentation était forte puisque  25  adhérents étaient présents pour l’occasion.

En présence de Jean Philippe Henrard représentant de la piscine et employé communautaire, de Jean Dominique Bourdin (au début) Laurent a fait un bilan de l’état de santé du club en cette fin d’année. Il en résulte que le nouveau dynamisme constaté l’an passé est confirmé.

Malgré 11 départs pour raisons diverses ( mutations professionnelles, blessures, motivations …) l’effectif se maintien au dessus de30 grâce aux nouvelles arrivées ; par ailleurs on note la féminisation du club puisqu’un adhérent sur 3 est une femme et que l’on dépasse de très loin les statistiques nationales (9%). Sur les aspects compétitifs on note d’avantage d’épreuves réalisées que l’an passé (120 contre 100) avec aussi bien des « premiers triathlons » que des confirmations avec les 3 formats Iron Man à Roth pour la famille Gicquel. Si l’on ajoute la bonne participation du club au stage de triathlon départemental du mois d’avril et celui, interne au club, du moi de mai c’est donc une saison sportive bien remplie qui s’est achevée.

Pour l’année prochaine le club s’est engagé dans la formation de 2 nouveaux membres pour le BNSSA (brevet national de secourisme et sauvetage aquatique ) pour permettre davantage d’autonomie lors des entrainements natation.

Par ailleurs, un gros projet est né cette automne avec l’association de l’Enduro des Sables de Coutainville pour organiser le premier triathlon de la CMB sur le site du Passou. L’épreuve qui aura lieu le 7 juillet sous deux formats (XS et S) a été déclarée auprès de la ligue de Normandie de Triathlon. Une convention de partenariat a été établie entre les 2 associations et les collectivités ont donné leur accord de principe de soutien à l’épreuve.C’est donc un gros travail d’organisation qu’attend  le comité de pilotage mis en place.

Pour terminer la séance le nouveau bureau a été réélu.Christophe fait son entrée tandis que Cécile et Sébastien quittent le bureau, après de bons et loyaux services rendus pendant de nombreuses années ; qu’ils en soient chaleureusement remerciés

 Le bureau est ainsi composé des 7 membres suivant :

Laurent PEREZ Président

Vincent GUERIN Trésorier

Anthony BARBEDETTE

Véronique HERVAGAULT

Yann HERVEIC

Christophe LETOUZE

Franck LARSONNEUR

A 21 h la séance est levée et la soirée s’est poursuivie par un pot de l’amitié et un repas quia tenu tout le monde jusque tard ; la programmation de la saison prochaine est déjà quasiment faite !!!

Bonne saison 2019 à tous

Laurent

Les Foulées St Loises par Charles

Charles nous parle des Foulées St Loises édition 2018, avec un nouveau parcours

Dimanche 2 décembre avaient lieu les foulées Saint-Loises où je me suis rendu avec un ami coureur du Caen Athletic Club (petite dédicace à mon club formateur).
Au menu un parcours new look avec 4 boucles de 2.2km pour un total de 8800m pour ceux qui n’auraient pas le courage de compter. Rajouter à cela de la pluie, qui au final n’a été que peu gênante en dehors du fait d’avoir dilué mon vin chaud à l’arrivée.
Alors que l’ancien parcours redescendait et remontait toue la ville, le nouveau parcours redescend un peu et remonte un peu toute la ville. C’était donc plus roulant qu’avant mais ça reste Saint-Lô donc ça n’était pas non plus complètement plat. On peut rajouter une bonne minute par rapport à un chrono sur un 10 km plat, si je m’en réfère au chrono du vainqueur Arnaud Deceroit qui vaut environ 32 minutes sur un 10 métré officiel.
J’ai donc pris le départ en essayant d’accrocher le peloton de tête un maximum afin de me placer correctement, le parcours étant sinueux et rendu glissant avec la pluie, il n’était pas chose facile de doubler. Dépasser un coureur sur un parcours urbain demande du jus, le secret est donc de se placer derrière la bonne personne dès le départ afin de ne pas faire trop d’à-coups. La régularité des allures en course à pied, à moins d’être Kényan, va de paire avec la performance à l’arrivée.
A la fin du premier tour je me retrouve seul en compagnie d’un coureur Saint-lois, il m’accompagnera jusqu’à 200 m avant la ligne, lui ayant gentiment fossé compagnie par une accélération sèche en sortie de virage.
De bonnes sensations tout au long de la course, la forme est au rendez-vous, je suis surtout satisfait de mon foncier qui m’a permis d’être régulier et de ne pas craquer en fin de course (mon 4e tour est plus rapide que le 2 et le 3).
Le chrono final est de 33’44 soit une allure de 3’49/km.

Test VMA

Hier avait lieu le test VMA encadré par Fish (merci à lui). Quelques coureurs/coureuses, bien courageux se sont rendues sur le tartan de Coutances, où les conditions météo étaient… humides ! Heureusement, ce n’était pas le déluge, il n’y avait pas trop de vent mais par endroit la piste était gorgée d’eau.

La fin du test permet à chacun de repartir avec de bonnes bases pour organiser ses séances d’entraînements.

Puis après ce test, il y a eu une séance de natation, filmée par la réalisatrice et coach du jour, Véronique. Merci aussi Véro ^^

Désolé pour les photos de vous en plein effort, mais l’objectif du téléphone n’apprécie pas l’humidité (vous êtes tous flous ou alors vous alliez trop vite pour lui).

Découverte de la CO

Comme l’an passé nous nous sommes retrouvés une soirée de novembre pour courir avec nos gilets jaunes dans la nuit coutançaise. Heureusement aucun CRS ne nous a arrêté pour dérangement à l’ordre public.
Un peu plus d’une trentaine de participants, les conjoints et enfants étant aussi de la partie pour jouer à la recherche de balises par un temps sec mais frais.
Vincent notre GO en avait caché un peu partout, sur le stade, dans le bois des Vignettes mais également en ville. Grâce à lui nous avons pu découvrir des ruelles ou impasses improbables (que l’on est pas sur de retrouver d’ailleurs.)
Pas de kayak et balise aquatique cette année mais des nouveautés :
  • un départ en mass (Mass start) du milieu du terrain de foot stabilisé avec sprint de chaque capitaine d’équipe
  • une étape de relais ou chacun des équipiers devait trouver seul 3 balises
  • un parcours en ville sans carte, mais avec des plans sur chacune des balises
Après 1h pour les plus rapides, Maxence et son ami norvégien Joséphine Lilian, les derniers sont arrivés après 2 h de chasse pas tout le temps fructueuse
Heureusement, il y avait de quoi se restaurer à l’arrivée, entrées desserts et soupe de Cécile au menu
Une bonne soirée au club house du tennis club que l’on remercie au passage pour la mise à disposition du local

Le triathlon XS des Pieux

Nos 3 jeunes recrues, bien encadrées, ont participé a leur première compétition de triathlon.
Vous trouverez ci-dessous leur CR de leur 1er triathlon. Encore bravo à elles !

Inès :

Pour ma part, la natation était simple en sortant de l’eau j’ai eu un peu du mal à me changer. Le VTT a été difficile à certains endroits à cause des pierres et de la pluie. Cependant le paysage était très beau. Pour finir, la course était plutôt compliquée à cause du vent de face et des rafales de sables qui me griffait les jambes.
Globalement je suis plutôt contente de ma course et j’espère en faire beaucoup d’autres !

Jade, malmenée avec une chute en vélo :

Pour une première expérience, c était un peu douloureux ! Dommage pour ma chute ! Je suis déçue et vexée de ne pas avoir terminé !Ça n a pas entamé ma motivation !  Vivement le prochain triathlon ! Jade

Laura :

J’ai aimé ce triathlon qui m’a permis de me rendre compte que j’étais capable d’aller au bout. La piscine c’est très bien passée, j’ai gardé le même rythme. Le vélo, fut plus difficile pour moi, c’est ce que j’appréhendais le plus, il y avait beaucoup de cotes, j’ai pensé à Laurent qui m’avait dit que ça descendait beaucoup et que c’était un parcours facile… mais bon je suis allée au bout quand meme. La course à pied a été difficile aussi, à cause du vent, il y avait de forte rafales, il y avait des moments ou je n’arrivais meme plus à avancer, mais bon j’ai gardé un petit rythme et heureusement que mon papa était la pour me soutenir !!!

Ce que j’ai retenue de cette expérience, c’est de m’entrainer plus pour etre plus performante et je suis très heureuse de partager ce sport avec mon papa!!!

Je remercie Anita pour lui avoir prêter sa tenue.

Philippe,  :
Course bien organisée format XS à Les Pieux 200 m en piscine V.T.T 9.50 Kms et course à pieds 3 kms sur la plage , environ 300 inscrits dont une petite partie en relais .
Très beau site mais pas facile à suivre pour les spectateurs et les proches qui encourageaient . Conditions météo très compliquées avec vent Nord Est fort pénalisant pour le course à pieds ( Mon expérience Enduro 2018 a été très précieuse ) et parcours V.T.T détrempé , température fraîche .
Belle participation de Coutances Triathlon avec 5 participants dont 4 novices ( Laura , Inès , Jade , Philippe )dont c’était le premier tri et Jérôme .Malgré les difficultés liées aux conditions météo , les petites nouvelles ont fait bonne figure ….Dommage pour Jade qui a chuté mais qui attend de pouvoir recommencer , elles ont été contentes de cette première expérience ( Voir commentaires ) .
Épreuve à refaire pleine d’enseignement pour un premier triathlon dans des conditions très conviviales .

Notre Président, leur adresse quelques lignes pour les féliciter et les encourager pour les prochaines échéances.

Dimanche avait donc lieu le triathlon XS des Pieux organisé par l’office de tourisme local. Au menu 200 m de nat en piscine (1 par ligne svp et une eau à plus de 30°C ! ) 9km de VTT entre Les Pieux et la plage du Rozel ou les 3 km de course à pied se réalisaient sur le sable.
Nos trois sirènes (Ines, Jade et Laura)  s’étaient donc déplacées pour leur baptème du feu encadrées par les baleineaux expérimentés en les personnes de Philippe et Jérôme. Les conditions météos n’étaient pas faciles car malgré le soleil, il avait plu fortement toute la nuit et le vent était fort. (Laurent peut témoigner des 40 noeuds enregistrés sur son anémomètre de la pointe du Hoc).
Est ce la raison principale ?… mais Jade a chuté lourdement à vélo au début du parcours et n’a pu terminer sa course : direction les Urgences qui n’ont diagnostiqué que des hématomes … ouf. Pour les autres la course s’est bien passée et l’organisation a été saluée. Bravo donc à Ines et Laura qui terminent le premier triathlon DE LEUR VIE ainsi qu’à Jérôme qui lui aussi a fait son baptème sur format XS  😁 ” ah bon ! ça compte pas quand on a fait un Ironman avant …”
NON JADE, TOUS LES TRIATHLON NE SE DÉROULE PAS AINSI … bon rétablissement

Présentation de Philippe, une nouvelle recrue

En quelques lignes, Philippe se présente. Merci à lui.

Je suis un retraité heureux ( Cela existe ) passionné par le sport en général , je nageais auparavant au Club nautique avec Véro et Chistelle mais je m’ennuyais .La retraite est un moment privilégié ou tu fais ce que tu veux ,donne libre court à tes passions d’ou mon souhait de faire à 62 ans du triathlon ( Papy fait de la résistance ) .J’ai la chance d’être en bonne condition physique , de me confronter à des beaucoup plus jeunes , mon moteur c’est le plaisir pas la perf en tant que telle mais améliorer mes perf oui .Je suis aussi prêt à aider mettre mon expérience du sport à disposition des plus jeunes si besoin bref transmettre ma passion pour les 3 disciplines .Volonté de m’investir dans un Club sympa avec des gens qui ne se prennent pas la tête , je connais déjà pas mal de personnes ..Très bons contacts avec Laurent le Président ….Bref intégration réussie …
Retraité (CDI à vie ).
Quel sport pratiques-tu (ou as tu pratiqué) ?
Natation , course à pied .
Comment as tu eu connaissance du club ?
Réputation , contacts .
Quel regard portes-tu sur le club (séances d’entrainements, ambiance..) ?
Ambiance sympa mais intégration pas simple car sport individuel avec athlètes compétiteurs aux performances remarquables .Nécessité de trouver des partenaires avec des performances à son niveau ( C’est en cours ) , ne pas rester dans son coin .
Qu’est-ce qui t’a poussé à t’inscrire ?
J‘ai fait le triathlon de St Pair ( Format S ) , j’ai beaucoup aimé , j’ai décidé de faire le pas , j’ai regardé les championnats d’Europe à la Télé ,j’ai adoré .
Quelle est ta discipline de prédilection ? 
Course à pied , vélo .
Quelle discipline crains-tu ?
La natation ( Le comble pour un nageur ) , grosse , grosse appréhension .
Quels objectifs pour l’année 2019 ?
Faire un M …..

Bilan de sa première année…

Olivier (le gars qui gère bien son timing ^^) nous fait part de sa première année dans le triathlon au sein du club. Merci à lui pour ces quelques lignes.

Un an au club de Coutances triathlon :

Je me permets de vous présenter le bilan de ma 1ère année au sein du club Coutances Triathlon pour convaincre les plus frileux d’entre vous que vous aussi vous pouvez le faire !

-Coureur à pied de niveau régional au mieux, pendant mes années de lycée, puis marcheur athlétique pendant les années espoir (étudiant). Puis arrêt faute de temps.

-Utilisant le vélo comme moyen de transport exclusif jusqu’à mes 22 ans.

-Jamais pratiqué la natation de manière sportive, nageant juste en mer l’été pour attraper le ballon ou jouer dans les vagues.

Au lycée je rêvais de faire un jour un triathlon…

Puis un jour de 2017 je tombe par hasard sur un article où des triathlètes Coutançais venaient de faire la reconnaissance du parcours du futur triathlon de St Pair sur Mer.

Le déclic : Je vais essayer de réaliser ce vieux rêve faire un triathlon !

Je me renseigne et découvre les distances à réaliser. Il y a un format XS dit format découverte : je me lance dans l’aventure !

Rendez vous chez mon médecin pour avoir le précieux certificat médical. Et là…

Coup dur le médecin m’avertit sérieusement: « Attention à votre age faut y aller doucement » Ça y est c’est officiel je suis vétéran ! Moi qui avait arrêté l’athlétisme en espoir, c’est foutu il n’y a plus d’espoir !!!!

Afin de ne pas tomber des nues je regardes toutes les vidéos que je trouve sur le triathlon, je m’équipe à minima pour essayer !

Le Jour J je retrouve l’adrénaline de mes 20 ans plus les douleurs de mes 41 ans !!! Ce sera un long combat aquatique, puis du plaisir à vélo et à pied ! (J’ai dit du plaisir pas de la performance rassurez vous!!!)

Ça y est je suis atteint par le virus ! Je m’engage et finit un peu plus vite chaque fois le triathlon de Caen et de Cherbourg, (tout en continuant de nager comme un fer à repasser…)

Motivé par ce plaisir enfin retrouvé, je rejoins le Club de triathlon de Coutances à l’automne 2017 pour pouvoir m’entraîner dans les 3 disciplines et retrouver un esprit de club.

Je découvre l’équipe un dimanche matin à la piscine pour une sortie vélo. Je suis à la bourre (déjà) et je croise en arrivant l’équipe toute habillée de la même couleur avec des vélos qui me semblent tous être des vélos de champions face à mon antiquité.

Depuis lors j’ai essayer de venir assez régulièrement aux entraînements, j’ai laissé tombé mon vieux vélo pour un, un peu plus récent…(pas de risque qu’un autre concurrent se trompe et le prenne…il pèse le double des autres…) J’ai investit dans une combinaison de nage et surtout j’apprends (c’est toujours en cours…) à nager le crawl (ma femme me dit que je nage comme un bateau à aube). J’ai retrouvé l’esprit d’équipe et le plaisir de m’entraîner/suer à plusieurs. Que ce soit avec maman, la gamine (elles souhaitent rester anonymes d’où ces surnoms…LOL), Laurent, Yann, David, Fish, Anthony, Stéphane… et tous les autres avec qui je progresse petit à petit…techniquement et physiquement.

J’ai eu la chance de représenter, à mon niveau le Club de Coutances Triathlon cette année sur une dizaine de compétition, duathlon et triathlon format Sprint et Olympique, avec toujours autant de plaisir.

La saison 2018 touche à sa fin pour moi au niveau triathlon. Mais déjà hâte de peaufiner l’entraînement pour essayer de finir un triathlon plus long sans pour autant perdre le plaisir procuré par les formats court.

Si toi aussi : tu ne sais pas jouer à la belote, tu chantes faux (the voice c’est foutu), tu fais des fautes de Franssait, ton médecin te dis que t’es vieux, mais que t’aimes te faire plaisir en faisant du sport et que tu aimes le bleu et l’orange : mets toi au triathlon !!!

Et pourquoi ne pas rejoindre le club de Coutances triathlon ?

Olivier

“La gestion de la transition pré-départ” vue par Olivier

Bon Olivier a transmis un CR assez sympa à froid mais assez compliqué a gérer pendant…. je vous laisse le lire.

Les kényans et éthiopiens, peuvent s’entraîner dur ils ne sont pas prêt de me battre.
Le WE dernier avait lieu le Semi de Rennes, départ à 8h30, pour une heure de retrait de dossard maxi de 11h, (sachant que pendant 3 ans j’ai bossé à Rennes et je faisais la route Montmartin – Rennes quotidiennement et je sais qu’il me faut 1h45 pour arriver au cœur de Rennes.) La route se passe pas trop mal une fois les obligations familiales réalisées, du coup je quitte Montmartin à presque 9h , arrivé à l’entrée de Rennes à 10h40. Je me dit que ça va être juste mais ça doit le faire.

Et là commence le bazar!!! Mr GPS ou sa femme (je ne sais quel est son sexe!!!) M’indique alors que je suis sur le périf Nord de faire demi tour, Puis il m’indique de prendre à droite, je l’écoute, et la grosse erreur!! il m’envois à Liffré (direction Normandie) pour faire demi tour et revenir sur Rennes et prendre la rocade Est. Là je me dit que ça va être très chaud!!!

Un ami qui avait souvent fait la course m’avait bien dit gare toi à Alma t’es sûr d’avoir de la place et tu prend le métro. Arrivé sur les parking du centre Alma, le désert!!!!! Le sahara ça à l’air surpeuplé à coté!!! Je pose la voiture et cherche la station de métro..rien en vue!!! Ma femme toujours zen me dit attend le GPS a une fonction piéton: Eh oui la technologie… il m’indique 12min à pieds pour rejoindre le métro sachant qu’il est 10h58… du coup je reprends la voiture et fonce au métro…je dépose ma femme pour qu’elle prenne des tickets et je cherche 5 min avant de me garer…Je la retrouve en galère devant l’automate qui ne veux rien savoir il est 11h10 j’abdique à 3km du départ du coup j’ai fini la course 5 min avant le départ!!!! RECORD BATTU!!!
Olivier

Merci Olivier pour ce bon moment de lecture.

Véronique et François à Rennes

Véronique et François étaient à Rennes pour participer au semi-marathon. Logiquement, Olivier devait être de la partie mais le sort s’est acharné, il n’a pas pu prendre le départ. Rien de grave, hormis un timing, un chouilla trop serré ^^

Voici le CR de Véro :

Pour la dernière course de la saison pourquoi pas un semi ? Me voilà inscrite a Tout Rennes court. La météo est incertaine mais pas aussi catastrophique que prévu, enfin pour l instant. Nous sommes 3300 au départ de ce semi. Il y a du monde partout. A l échauffement je croise François qui lui aussi profite de cette course pr rendre visite a sa progéniture.
A 10 mns du départ, les différents sas se remplissent. On s entasse comme des sardines. Musique à fond, écran géant, applaudissements… Belle ambiance, on est prêt à s élancer. Ça y est la fusée éclairante et le coup de feu annoncent le départ. Il y a moins de risque de se prendre de coups qu à Cherbourg en natation ( affreux, affreux affreux) mais il faut quand même jouer des coudes pr garder sa place et le rythme. Les kms s enchaînent. Les deux boucles dans la ville permettent d être bien encouragé, le public est partout. Il y a beaucoup de relances et de nombreux virages en épingle, ce qui casse l allure (et les jambes) sans compter les pavés… Au 10 ème je commence à trouver ça un peu long (ben oui d habitude la Cap aux triathlons c’est plus court) heureusement ma musique m aide a rester dans l allure. La pluie arrive, le 18 ème km aussi avec la douleur a la cuisse ( vive le rétropédalage le samedi matin a la piscine). Va t elle tenir jusqu’au bout ? Le dernier km me paraît interminable. Mais j essaie de garder le rythme voire d’accélérer un peu a la fin pour rester dans un chrono correct ( même si loin de mon meilleur temps sur ce parcours)
Quand je pense qu on à parlé de se lancer sur un format L !!!!! Heu je réfléchis encore un peu finalement.
Belle course, bonne ambiance, joli parcours…. Y a pas à dire, la Bretagne ça vous gagne !”

Belles prestations à Cherbourg

Engagés le matin sur le XS, David et Annie et le reste des troupes sur le M, l’après midi. Bonne lecture !

Voici celui d’Annie, qui nous livre le sien pour son 1er !

XS Cherbourg, 30 septembre 2018, il était temps…, mais j’ai fini par me jeter à l’eau !

Bon, c’est vrai, j’appréhendais cette première fois tout en étant impatiente de découvrir cette nouvelle aventure sportive.

Après-coup, ce fut une heure d’effort intense au niveau physique…mais surtout émotionnel…bref, J’AI AIME..et pourtant, ça avait plutôt mal commencé !

Arrivée la veille, je suis venue repérer les lieux, fait connaissance avec des triathlètes, écouté les conseils des uns et des autres : « mentalise tes transitions et les gestes à enchainer, reste lucide….PRENDS DU PLAISIR… »

Après une nuit courte mais tranquille, j’arrive à 8H15 à l’école de voile, j’installe mon vélo, je dispose mes petites affaires comme on me l’a dit, bien dans l’ordre, bien rangées. Je vais, je viens, j’attends le départ, j’ai hâte, j’ai un peu peur….Comment mon corps, ma tête vont fonctionner ? Un grand mystère pour moi car tant d’inconnu, je n’ai jamais fait de transitions, jamais enchaîné ces 3 disciplines, et ce départ de natation ? oh la la…

Bon allez, le départ approche, je me place en retrait dans le deuxième groupe de nageurs, j’ai froid et j’attends, fébrile, le départ des garçons. Ca y est, c’est parti, Y’a beaucoup de bouillons, je me positionne dans le dernier tiers, prés de la ligne d’eau et dès les premiers mouvements de crawl, je sens que ça va être compliqué : coups de pieds de la nageuse placée devant qui nage un peu moins vite que moi, coups de poings de celle qui me suit et qui essaie de passer, je me décale à gauche et je tombe sur la ligne d’eau, je vais à droite, y’a des nageurs partout…je lève la tête pour voir et respirer plus tranquillement mais je ne vois que de l’eau agitée partout partout…Bon, vous l’aurez compris, je ne suis pas à l’aise du tout, je panique même un peu, la respiration est difficile, les repères visuels impossibles à prendre, JE SUBIS et c’est une sensation désagréable, j’essaie de me calmer, je prends le virage à la bouée et là j’essaie de me raisonner, de caler ma nage car il y a moins de monde mais cela reste peu efficace, je reviens sans cesse me coller à la ligne d’eau, je ne pense qu’à une chose : sortir de l’eau et monter sur le vélo !

Ouf, la digue, les spectateurs, c’est bientôt fini…je reprends pied dans les deux sens du terme, je cours vers le parc…euh, où est mon vélo ? Je finis par le retrouver, (lucidité où es-tu ? J’avais pourtant pris un repère!), je mets sans réfléchir casque, chaussures ? je décroche mon vélo et je me sauve au plus vite...Zut, j’ai froid, j’aurais dû mettre un tee-shirt , zut, je n’ai pas mis mes lunettes...Premiers coups de pédales, je me sens bien, la transition musculaire me paraît simple, je n’ai pas mal aux jambes, ma respiration est OK… Ah, c’est bien le vélo, même pas de petit plateau utilisé au vu du parcours roulant, du vent ? Oui mais ça ne me gène pas, je finis par me réchauffer assez vite. C’est agréable car je me sens rouler à un bon rythme, je ne me fais pas beaucoup dépasser et je reprends même quelques athlètes..un vrai bon moment ce parcours vélo !

Puis, c’est déjà la vue sur le parc, je ne fais pas d’erreur de règlement : je descends bien avant la ligne, je cours avec mon vélo, je le dépose et je repars …euh à petite foulée vers le parcours de course, quelques copains et copines athlètes sont venus pour m’encourager, je les entends, c’est agréable. Ah, pas facile par contre cette transition, j’ai mal aux mollets, j’espère que cela ne va pas se transformer en crampes, le premier kilomètre est un peu prudent, la foulée courte, puis peu à peu j’ose allonger un peu, appuyer un peu plus, j’ai le temps de penser que je suis contente d’être là !

La ligne d’arrivée arrive….50’29…je suis contente …ah non, 3 minutes de moins car départ décalé : 47’29… encore plus contente;)

Allez, c’est bon, je resigne pour l’an prochain… mais lors de mon prochain triathlon, je laisse mon cerveau à côté de mon casque, dans le parc à vélo, avant d’aller nager;)

David nous livre son CR :

Pour mon premier déplacement sur les triathlons du cotentin, je me suis orienté sur le format le plus court: XS. Chassez le naturel, il revient au galop…Je tiens à préciser que j’avais tenté de m’inscrire sur le M, mais on ne pouvait alors prétendre qu’à la liste d’attente…Finir la saison sur un format qui réclame beaucoup de puissance alors qu’on a accumulé les kilomètres…

Il faut démarrer tôt pour être à l’heure au départ: 9h30 dans l’eau. Le réveil a donc sonné à 6h30…un Dimanche matin! La route effectuée, je prends le temps de m’échauffer en vélo. Je croise Annie, on discute quelques minutes.

Puis, on s’élance pour 400m de natation en aller-retour dans le port de plaisance. A 200 dans un couloir de 8m de large, il ne vaut mieux pas trainer, cela va frotter! Je m’extrais de la masse, vire correctement la bouée du demi-tour et évalue la distance avec la tête de course…c’est déjà parti loin! Ces jeunes sont intenables!

Je fais l’effort pour ne pas être hors de portée dès la natation et c’est les bras lourds que je sors de l’eau. T1 rapide et propre. Je me lance en vélo à fond…je roule à bloc sur les 2 concurrents qui sont devant moi, je vais les reprendre c’est sûr!
Au demi-tour, je suis 5ème. Je dois reprendre ces 2 gars qui sont 30 mètres devant moi!
Mais rouler plus vite qu’à fond, j’y arrive toujours pas et malgré des relances de folies et des cuisses en feu, je reste 30m derrière…

T2 rapide et propre, rien à dire je perds pas de temps. Tout va se jouer sur la course à pied.
Mais une nouvelle fois, quand t’es à fond, tu peux plus aller plus vite! Au demi-tour au bout de la digue, je renonce et laisse filer mes adversaires, un petit coup d’œil derrière: cela ne reviendra pas. Je finis au train en assurant ma place…
Au final, je suis 5ème et 1er vétéran.

Enfin, le mot de la fin revient à Laurent :

Frais ce dimanche 30 septembre pour  le dernier Triathlon M de la saison … mais nettement plus engageant que les conditions du Duo Normand de la semaine passé ; malgré une eau qui commence à se refroidir (16°C dans la rade) c’est avec enthousiasme que 11 triathlètes coutançais se présentent sur le format M de l’après midi. Pour la première fois depuis longtemps le parcours de course à pied évolue ; davantage urbain il permet d’aller jusqu’à la cité de la mer et de longer le “Redoutable” sous marin qui y est exposé.
Epreuve labellisée Championnat de Normandie le parc à vélo est rempli de près de 350 montures parmi lesquelles celles des meilleurs athlètes de la région. La densité est donc bien présente
Dans ce contexte, les Coutançais, s’ils ont parfois parfois brillé sur l’un des parcours (24 ème temps natation pour L Perez, 24 ème temps vélo pour S Girard et 24ème temps course à pied pour C Deuley) ceux ci n’ont pu rivaliser sur le global. C’est néanmoins au très honorable 27ème rang que termine S Girard (9 ème vétéran)
Chez les féminines en revanche Véronique Hervagault monte sur la troisième marche du podium vétérane grâce à une très belle fin de course
Désormais c’est la coupure pour l’essentiel des membres du club avant de se reconcentrer sur une nouvelle saison et se donner de nouveaux objectifs

Le fringuant quinqua

Olivier, tu dis si tu veux que j’enlève ce joli portrait de toi en plein effort ^

Annie vous propose ses clichés :

Retours sur le DUO Normand 2018

Le compte rendu de Yann :

Un temps à pas mettre un cycliste dehors. Voilà ce que nous nous disons avec David dans sa voiture, en regardant 2 anglais s’échauffer sur leur Home-trainer (et sous la flotte).

On sort juste pour quémander des épingles à nourrice parce qu’on a rien pour attacher nos dossards et on trouve 2 concurrents qui viennent d’arriver. Ils nous disent que c’est très dur, vent fort et pluie rendent le parcours usant..On retourne dans le Kangoo, se mettre au chaud, et la pluie a remplacé le crachin..A ce moment là j’aurais donné cher pour être dans mon canapé ! Motivation pas au top donc mais on se dit qu’on va prendre ça comme une sortie d’entraînement et surtout éviter les gamelles !

On attend le dernier moment pour sortir de la voiture mais on est bien obligé de donner les clés du Kangoo au père de David qui va nous suivre. On attend donc 20 minutes dans la file d’attente sous la flotte. Moi ça va encore, je me suis bien couvert mais je vois des concurrents en combinaison ou tri-fonction qui tremblent comme des feuilles mortes, normal c’est l’automne . Enfin, on a le droit de se mettre à l’abri sous la tente juste avant le départ, il fait bon là dessous, je ferai bien une petite sieste..Mais non, c’est notre tour. Devant nous il y a 2 anglais qui sont dans la même catégorie que nous (Vétérans) mais qui doivent boire un peu plus de bières que nous, combinaison moulantes, ça pardonne pas…

Nous partons de la rampe de lancement, et on a le vent pleine face..

A peine 5 minutes de courses et on double les amateurs de pintes qui sont tankés dans la 1ère bosse. Dans la descente, je me retourne et je vois David quelques dizaines de mètres derrière moi. Je l’attends et il me double en me disant qu’il se fait des frayeurs dans les descentes avec le vent ! Effectivement, on se fait bien chahuter jusqu’à Moncuit en équilibre sur nos montures, avec la crainte de se faire souffler par une rafale un peu plus forte que les autres..Peut-être que le fait d’être Windsurfer m’aide un peu mais je ne suis pas parapentiste non plus..Obliger de freiner en descente, un comble, moi qui aime bien quand ça va vite…

Après Moncuit, on tourne à droite et ça va un peu mieux, le vent est de côté, on envoie du p’tit bois, le compteur indique 45 km/h. On double pas mal d’équipes, 7 ou 8 et on se fait doubler par 2fusées British (qui doivent passer un peu moins de temps au Pub et un peu plus à l’entraînement que leurs compatriotes) qui vont à une vitesse impressionnante, des vétérans peut-être mais d’anciens pros…

La traversée des marais se passe bien, même si on est trempé jusqu’à l’os. Faut dire qu’en prenant des relais, on prened une douche à chaque fois dans la roue de son binôme. Ma visière est embuée, j’y vois que dalle.. Faut faire gaffe aussi parce que des barrières de sécurité sont tombées sur la route avec le Zeff..

A 20 km de l’arrivée, David me dit « j’ai les jambes dures », ce à quoi je réponds « accroches-toi » et je prends des relais plus longs. Un concurrent esseulé nous double. En discutant à l’arrivée avec lui, il nous dit que son binôme avait trop peur dans la 1ère partie avec les bourrasques de vent, il a plié les gaules ! Ce gars là vient de Meaux, il roule d’habitude avec un pro, ils ont gagné une gentleman à Vincennes l’année dernière ! Même si c’est plus dur tout seul , on l’a toujours en point de mire jusqu’à l’arrivée, donc on est sur un bon rythme. David s’accroche et on passe les dernières difficultés, La Chapelle en Juger et le fameux faux-plat de Montreuil Sur Lozon, toujours là malgré le changement de parcours, pour en finir en 1h23 (36km/h).

En partant à la voiture nous croisons Stef et Christophe et nous leur souhaitons bien du courage !

En fait c’était un peu plus qu’une sortie d’entraînement !

Désolé pas de photos, mon smartphone n’est pas waterproof..

Celui de Christophe :

Il y a un mois, je répondais à une invitation de Stéph pour une “petite ballade autour de Marigny le 23 septembre”. Franchement, le soir même je me suis dit : “Mais qu’est ce que tu fais? Tu reviens de blessure et t’as pas mieux à faire que de t’inscrire avec Steph au Duo Normand?”

Quelques jours plus tard, Steph me propose une petite sortie d’entraînement (enfin pour lui) sur le nouveau parcours. A la moitié de celui-ci, j’avais des crampes partout dans les jambes et je finissais bien fatigué. Là je me suis dit ça va être très long 50 bornes derrière “une mobylette” surtout que Steph n’arrête pas de me dire qu’il est bien en forme en cette fin de saison.

Le jour J approche, heureusement entre temps il y a eu le triathlon de Caen avec Vincent et Charles qui a permis de bien bosser. La dernière semaine je regarde la météo tous les jours et je suis vraiment pas rassuré quant aux conditions climatiques.

J’arrive le dimanche matin sur place et j’ai franchement pas envie de sortir de la voiture. De la pluie, du vent, du froid, vraiment pas une journée à mettre un cycliste dehors. Steph arrive, on se prépare et on part pour s’échauffer un peu. Je suis gelé, j’ai les jambes dures et je me dit que ça va être très long.

On arrive dans le portillon de départ, Steph me rassure un peu et hop c’est parti. On part bien et les sensations sont bonnes, la première partie vallonnée est passé. Après ça on prend du vent de face dans les marais et là Steph fait des gros relais, je fais ce que je peux pour m’accrocher et en prendre quelques uns.

On n’arrive dans la côte des Hauts vents et on est plutôt bien, on en garde pour finir fort. Les bosses de la Chapelle en Juger passées je me dit que le plus dur est fait sauf qu’il reste encore le long faux plat de Montreuil sur Lozon. Je prends un relais et je dis à Steph que c’est le dernier, les cuisses brûlent et je ne peux plus passer. La “mobylette” est en route, on finit bien. Au final, un temps de 1h20.

Si on m’avait annoncé ça il y a un mois je n’y aurait pas cru. Je suis très content du chrono et malgré la météo pourrie et un bon mal de pattes j’en redemande pour l’année prochaine. “Promis Steph, l’année prochaine c’est moi qui ferait le dernier faux plat”.

Bravo a eux, ils ont passés avec brio le brevet de cycliste imperméable ^^

Les résultats :

2018-09-23 Duo Normand clas vétérans

2018-09-23 Duo Normand clas départementaux

 

Les Boucles de Saussey par Cécile

La course a longtemps été proche ou en même temps que l’aquathlon que le club organisait et je n’avais jamais pu participé à cette course locale organisée par des copains et qui comporte pas mal de chemins. J’ai couru le 20 km (comme Fabrice et p’tit Stéph) alors que Sandrine, épouse de Vincent, courait le 10 km. Nous avons bénéficié des chaleureux encouragements du public dont les relayeurs sous le microclimat de Saussey. Je finis 2ème féminine (nous n’étions que 3 !!). Lucie m’avait prévenue de quelques petites côtes…David était au chrono cette fois ci.
Et dire que certains ont eu ce temps pour le duo normand !!
Les résultats sont ici

Course de Baudre

Voici le CR d’Antho sur la course de Baudre.

Pour mon dernier dossard de l’année (et oui le bistouri grossit de jour en jour), je me suis rendu à Baudre pour la course organisée par “Courir pour le plaisir”. Association qui porte bien son nom car j’y vais pour me faire plaisir. J’avoue ne pas trop savoir comment le bonhomme va gérer ces 10 kilomètres où ça se court à tombeau ouvert. En guise de mise en jambe, je me rends sur place en vélo car il fait beau. Fréderic, un des organisateurs, me dit que le parcours est “roulant”. Oui, roulant, il l’est pour un traileur mais pas trop quand le compte tour est à donf. Je ne lui en tiendrait pas rigueur ^^. Le départ est donné et je me retrouve bien placé, c’est parti pour 4 tours. Je trouve un bon rythme, pas très régulier, mais j’arrive à tenir la cadence. J’encourage chaleureusement le président de St Lo Tri 😉

La course se termine et je suis satisfait puisque je termine en 37’28, à la 18e place. Retour en vélo, avec un oeil sur les cours d’eau pour rafraîchir l’inflammation, pas de bol, nous ne sommes pas à la montagne. C’est sur cette course, que je remise également la tri-fonction.

Pour le lendemain, un tout autre exercice m’attendait : une excellente randonnée VTT de 120 kms dans la Suisse Normande. Inutile de vous dire que le début était compliqué 🙂 (arrivé à la bourre, des jambes un peu raides), mais bon en gérant l’effort et en bonne compagnie, on finit l’affaire en 7h30. Mais là encore, un seul mot d’ordre : PLAISIR !!! et ce fût le cas.

Voilà, c’était le dernier CR de ma part pour cette année. Je vous dis à bitôt.

Triathlon de Caen : 3 équipes alignées !

Ce n’est pas souvent qu’on se réunisse autant pour une épreuve. Pour le triathlon de Caen, vous avez le droit a 2 compte rendus. Merci aux écrivains du jour, Christelle et Olivier.

Voici celui de Christelle pour l’équipe fille,

En quelques mots, avec ma petite expérience de triathlète, un triathlon en solo c’est super mais un triathlon en équipe, c’est super GENIAL!
Nous étions 3 au lieu de 5, Véro, Isa(de St Lô Tri) et moi : la “team Calvi” (rien à voir avec la Corse juste avec nos initiales). Départ prévu à 14h37, la 6ème équipe sur 80 autant dire qu’on est dans la catégorie des “loosers”.
L’eau est froide et sale mais il faut y aller. Véro part en tête, la mission d’Isa et moi : suivre le bonnet rose (Véro), on s’accroche et on boucle notre première épreuve. La transition est longue et pénible, il faut courir pieds nus dans l’herbe au moins 700 m.
On attaque le vélo, c’est Isa qui part en premier et qui nous emmène, Véro prend plusieurs relais, moi, deux ou trois, mais je ne lâche rien et on termine nos 20 km de vélo en 40 min (30 km/h de moyenne, je crois que ça ne m’est jamais arrivé !).
Après une deuxième longue transition (il faut courir avec le vélo cette fois), on attaque la course à pied. Le premier kilomètre est difficile, il faut trouver son souffle et son rythme. Isa souffre un peu, elle a tout donné à vélo mais on est une vraie équipe alors on s’aide, on s’encourage et on garde la motivation. Finalement, nous mettons 25 minutes à parcourir nos 5 km et nous terminons ce triathlon en 1h26 min dans une ambiance très sympa et sous le soleil.
On entend vaguement que les deux premières équipes féminines sont Le Havre et Caen en 1h15 et 1h19 donc largement devant nous. Nous repartons très fières de notre performance et heureuses de ce moment de partage.
Nous sommes sur le chemin du retour lorsqu’on nous appelle pour la 3ème place, pas de photo de podium, dommage, mais encore plus l’envie de relever le défi l’année prochaine.
Merci à mes super coéquipières et un grand bravo aux deux équipes de garçons qui ont tout déchiré !

Celui d’Olivier, pour une des équipes garçon. L’autre équipe ayant préféré de tout donner sur l’épreuve, nous le lirons avec attention.

Quand une semaine avant tu sais que tu vas galérer à suivre.
Tu sais que tes collègues d ‘équipe sont vraiment au dessus de ton niveau, et que t’as pas envie d’être un boulet pour eux…
Une seule solution débrancher le cerveau et rester à fond jusqu’à l’arche d’arrivée.

Arrivé à Caen je retrouve petit à petit les copains (et copines) de club. Yann et David mes collègues d’un jour me mettent à l’aise, l’équipe 2 part 1min 30 avant nous, on va les reprendre…
Le parc à vélo est vraiment grand. On installe nos montures et prépare nos transitions, puis une fois sorti on sait que l’on ne va pas revenir avant 2h au moins.
Le départ est retardé d’une demie heure! On a du temps libre pour regarder et encourager les filles qui partaient dans les premières équipes.
Puis échauffement cool la pression monte petit à petit. On encourage les filles que donnent tout sur la course à pied.
On retrouve nos collègues de l’équipe 2 chacun se prépare et chambre les autres… Vincent n’est pas en reste( ça me détend un peu merci Vincent!), moi je me dit que je n’ai pas le droit de merder car Yann et David ne sont pas venus pour chercher des champignons visiblement.
L’équipe2 part pour les 750 m de natation… dans 1min 30 ce sera à nous! On se jette à l’eau.
Comme prévu David part devant avec Yann on essai de ne pas le laisser partir trop loin, moi après un départ correct pour moi je me défonce pour recoller à Yann et reste dans ses pieds presque jusqu’au bout de la natation.
Sorti de l’eau en un peu plus de 13min j’éclate mon meilleur chrono sur la distance de plus de 3 min… Je ne suis toujours pas un poisson mais au moins je ne les ai pas trop pénalisé jusque là. En courant le long du parc on voit l’équipe 2 qui est encore dans le parc, on risque bien de les reprendre en vélo comme prévu par mes poissons pilotes….
Transition express (dommage qu’il n’y ait pas des compétitions que de transition c’est là ou je suis le meilleur…) on se regroupe et prend le départ de la partie cycliste.
ça va faire mal…. mes 2 collègues doivent avoir 3 poumons… moi je suis comme un hareng sur l’étalage bouche grande ouverte…et malgré tout je peine à les rejoindre, une fois recollé ils mettent en route et la consigne est claire: Olivier tu reste dans les roues à l’abri!!!
Oui les gars je reste dans les roues!!! Mais ce n’est pas pour être obéissant c’est juste que déjà pour suivre je suis à bloc… Et à chaque demi tour je me met minable pour les rejoindre au plus vite et ne pas leur faire perdre trop de temps…On reprend l’équipe 2 et on essai de mettre du temps entre eux et nous (Charles à pied pourrait nous faire mal…) On finit par faire un mano à mano avec l’équipe de Flers la Ferté Massé se passant à tour de rôle…
Puis départ pour la course à pied, (je suis rassuré d’avoir limité les dégâts sans leur avoir fait perdre trop de temps en vélo) dès les premières foulées je sens que j’ai pas les canes et que j’ai du perdre un poumon en vélo…
Du coup ma stratégie sera claire m’accrocher le plus possible sans me mettre complétement dans le violet (le rouge j’y suis depuis un moment…) et faire un gros dernier 500m m’arracher jusqu’au bout quitte a finir HS 1m derrière la ligne. fin du 1er tour à pied David mène toujours le rythme avec Yann, mais ce dernier rate le collier permettant de s’assurer que l’on a bien fait les 2 tours du coup je le recolle mais il redémarre sur les chapeaux de roues… et moi je crois que j’ai perdu la moitié de mon dernier poumon…Le ventilateur à fond je galère et les vois parti petit à petit… arrive les 500 derniers mètres je m’arrache jusqu’à la ligne… je rejoins les gars qui ont levés le pied pour franchir la ligne ensemble…
Bilan 1h 11 et des secondes j’améliore mon meilleur temps sur la distance de 17 min!! On finit 8ème équipe et 2ème équipe vétéran pas mal pour 2 athlètes et un boulet!!!

MERCI beaucoup à Yann et David pour cette aventure encore désolé de ne pas avoir pu aller plus vite…